23 mai 2016

En couple et handicapés Repères pour accompagner les personnes en situation de handicap intellectuel

en couple et handicapé.jpgVient de paraître: En couple et handicapés

Repères pour accompagner les personnes en situation de handicap intellectuel

De Bertrand Morin, Editeur Dunot, Collection Santé Social, Février 2016, 192 pages

Présentation de l'éditeur

Les personnes en situation de handicap mental, quels que soient le degré et le type de handicap, ont toujours une certaine capacité à la réflexion, au dialogue et à la décision. Mieux, elles sont souvent beaucoup plus conscientes de leurs possibilités et de ce qui est bon pour elles, que ce qu'on imagine. En matière de vie affective, conjugale et sexuelle, elles n'ont besoin de tiers que pour les accompagner afin d'avancer dans leur réflexion, les aider à surmonter certaines difficultés, et parfois leur permettre de réaliser leurs aspirations.
 
 
 

17 mars 2014

Dans le cadre des Semaines d'Information sur la Santé Mentale, vous pourrez voir ou revoir "Gabrielle" et débattre après le film

film,gabrielle,témoignage,syndrome de williams beuren,vie affective et sexuelle,louise archambault,robert charlebois,vie de coupleLes Semaines d’Information sur la Santé Mentale (SISM) s’adressent au grand public. Chaque année, associations, citoyens et professionnels organisent des manifestations d’information et de réflexion dans toute la France.

La MJC de St Just, partenaire de cette manifestation a fait le choix de projeter le très beau film "Gabrielle" (resté si peu de temps sur nos écrans lyonnais en octobre 2013). La projection aura lieu le 19 mars à 19h à la MJC St Just, 6 rue des Fossés de Trion dans le 5ème arrondissement. Elle sera suivie par un débat animé par les Drs Collet et Franck.

film,gabrielle,témoignage,syndrome de williams beuren,vie affective et sexuelle,louise archambault,robert charlebois,vie de couple

Du 10 au 23 mars 2014, dans le Rhône, conférences, expositions, portes-ouvertes, projections-débats  La SISM dans le Rhône est coordonnée par l’ADES du Rhône. Programme des manifestations.

 

Sortie en France le 16 octobre 2013   Réalisatrice : Louise Archambault  Avec Gabrielle Marion-Rivard, Alexandre Landry, Mélissa Désormeaux-Poulin, Benoît Gouin, Isabelle Vincent  Durée 01h43

Ce film québécois d’une grande sensibilité raconte l’histoire de Gabrielle, une jeune femme atteinte du syndrome de Williams qui a soif d’amour et d’indépendance. Une femme exceptionnelle et rayonnante qui dégage une joie de vivre contagieuse et un don exceptionnel pour la musique.

Elle a rencontré son amoureux Martin au centre de loisirs où ils font partie d’une chorale et depuis, ils sont inséparables. Mais en raison de leur différence, leur entourage ne leur permet pas de vivre cet amour comme ils l’entendent. Au moment où le groupe se prépare pour un important festival de musique, Gabrielle fait tout pour prouver son autonomie et gagner son indépendance.

Déterminée, elle devra affronter les préjugés et ses propres limites pour espérer vivre avec Martin une histoire d’amour qui n’a rien d’ordinaire.

 

03 juillet 2013

"Mes emmerdes, mes amours, mes envies..." : les universités d'été 2013 de Trisomie 21 France (St Etienne)

université d'été,trisomie 21,ateliers,théâtre forum,grand témoin,grand témoin porteur de trisomie,santé bien-être,autonomie sécurité,vie de couple,vivre seul,sexualité,vieilissementAprès Brive en 2008, Agen en 2009, Charleville-Mézières en 2010 et Laval en 2011, Saint-Étienne accueille la prochaine Université d’Été de Trisomie France les 5-6-7 juillet 2013. Les adhérents des associations Trisomie 21 viennent aux Universités d'Eté pour se retrouver.

Les Universités d’Été ont pour objectif d'offrir un espace d'échanges et de réflexion aux associations Trisomie 21 autour d'axes fédérateurs tels que la question du choix, de l'autonomie, de l'autodétermination, du projet de vie….

Ces échanges et ces réflexions entre les différents acteurs du triple partenariat (personnes porteuses de trisomie, familles et professionnels) servent à alimenter les orientations fédérales qui s'enrichissent des expériences et des pratiques des uns et des autres. Les moments de convivialité font aussi partie de ces rencontres. 

 Le CeRHeS interviendra autour de la thématique vie affective et sexuelle :

 

02 mai 2013

Construire sa vie avec un handicap moteur : vie de couple

En 2008, les personnes âgées de 40 à 65 ans ayant une limitation de leurs fonctions motrices vivent moins souvent en couple que les autres personnes du même âge. Parmi celles vivant à domicile, 64 % vivent en couple, contre 77 % des autres personnes âgées de 40 à 65 ans (tableau 1). Plus souvent célibataires, les personnes souffrant de limitations fonctionnelles motrices sévères sont aussi plus souvent divorcées (16 % contre 11 % pour les autres personnes de 40 à 65 ans). Plus généralement, elles ont moins souvent un compagnon (compagne), fiancé(e) ou partenaire. Celles dont les problèmes de santé sont apparus avant 25 ans ont plus rarement une vie de couple ou une vie sentimentale. 37 % ne fréquentent personne contre 30 % des personnes dont le handicap est plus tardif et 16 % des autres adultes de 40 à 65 ans.

 DREES : Construire sa vie avec un handicap moteur

Les problèmes moteurs, lorsqu’ils apparaissent tôt dans la vie, peuvent être une entrave à la mise en couple. Celle-ci est plus difficile pour les personnes ayant eu des problèmes de santé pouvant être à l’origine des limitations fonctionnelles avant l’âge adulte. 22 % des personnes ayant des limitations fonctionnelles et dont les problèmes sont apparus avant 25 ans n’ont jamais vécu en couple, contre 5 % des autres personnes âgées de 40 à 65 ans sans limitation motrice, et 7 % des personnes ayant eu des problèmes plus tardifs.

 Construire sa vie avec un handicap moteur

Lorsqu’elles vivent en couple, leur relation est plus récente que celles des autres personnes du même âge. La parentalité est ainsi moins fréquente que pour les autres personnes âgées de 40 à 65 ans. Une personne sur quatre n’a pas d’enfant contre 13 % des autres personnes du même âge, qu’elles souffrent ou non de limitations fonctionnelles. Lorsqu’elles ont des enfants, elles en ont moins que les autres. 28 % ont eu un seul enfant contre 20 % des autres personnes de 40 à 65 ans.

Construire sa vie avec un handicap moteur