03 mai 2016

3ème journée d'études et soirée d'anniversaire du réseau SARADV le 21 mai 2016

Le réseau Soins et Accompagnement en Rhône-Alpes pour la Déficience Visuelle (SARADV) organise la 3e journée du réseau à destination des familles et des professionnels de la région le samedi 21 mai 2016 de 8h30 à 17h00, à Lyon.

 

Cette année, la journée a pour thème "Famille - Professionnels : co-construire le projet de vie du jeune déficient visuel".

 

SARADV journée 21 mai.jpg

voir le programme...

 

Et à partir de 19h00, The Extraordinary Film Festival de Namur se délocalise à Lyon.

soirée anniversaire SARADv 21 mai.jpg

 

L’Extraordinary Film Festival de Namur est un festival international de films de fiction et de documentaires organisé tous les deux ans centré sur les réalités et les capacités des personnes en situation de handicap.

Il propose une communication positive et constructive qui permet de découvrir comment la personne en situation de handicap est perçue ici et ailleurs, et quelles sont les pratiques et réalités des uns et des autres.

Voir la suite sur le site CTRDV - PEP69

19 février 2014

Dans le dernier numéro de la "Santé en Action", une revue de l'INPES, un article consacré au CeRHeS...

Tayana-Lycée.jpgL'INPES, institut national de prévention et d'éducation pour la santé édite la revue trimestrielle  "Santé en Action". Le dernier numéro (426) de décembre 2013 aborde la promotion de la santé des personnes en situation de handicap et donne plusieurs exemples d'actions, parmi lesquelles celle du CeRHeS.

Carole Thon, administratrice du Centre Ressources Handicaps et Sexualités (CeRHeS) et de l'association CH(o)SE (en faveur de l'accompagnement sexuel), co-responsable de la thématique "Handicaps et sexualités" à l'Association Française contre les Myopathies (AFM), signe un article sur le CeRHeS dont nous restituons quelques extraits.

Les associations fondatrices - Handicap International, APF, AFM rejointes par le GIHP - créent début 2012, le CeRHeS, doté d'un chef de mission, d'une documentaliste et d'intervenants extérieurs, financé par les associations et des ressources extérieures.

 cerhes,centre ressources,handicaps et sexualités,information,formation,professionnels,aidants,familles,accompagnement,personnes en situation de handicap,recherche,réponse à la carteL'objectif central est la promotion de la santé sexuelle des personnes en situation de handicap. Pour le réaliser, le CeRHeS s'est doté de quatre outils opérationnels :

  • * Un espace ressources pour répondre aux demandes d'information et d'orientation des professionnels et des proches
  • * Un pôle formation
  • * Un pôle accompagnement pour soutenir les questionnements individuels ou collectif
  • * Un pôle recherche et développement

Le CeRHeS informe et forme, à la demande, les professionnels des établissements d'accueil des personnes en situation de handicap, mais aussi les aidants et les familles.

La réponse du CeRHeS s'effectue "à la carte", afin de répondre au plus près aux demandes d'intervention

Concrètement, il s'agit

  • * De guider les établissements sociaux et médico-sociaux, sous forme de modules d'information (une journée) ou de formation (trois journées) en privilégiant la mixité des catégories professionnelles
  • * D'apporter des informations claires et adaptées, en replaçant la thématique dans le contexte politique et juridique
  • * De promouvoir l'éducation à la vie intime affective et sexuelle dans le respect de l'intégrité morale et physique
  • * D'assurer la prévention des risques et des dommages
  • * De favoriser la prise de parole, en mettant en place des groupes d'expression par exemple

 cerhes,centre ressources,handicaps et sexualités,information,formation,professionnels,aidants,familles,accompagnement,personnes en situation de handicap,recherche,réponse à la carteContacts

François Crochon, chef de mission du CeRHeS : contact@cerhes.org

 Crédit photos : ©Photo JB Laissard - Corps & Âmes

10 février 2014

Handicaps : si on parlait vie sexuelle ? Vie affective et sexuelle des personnes en situation de handicap

 Actes de la journée interrégionale organisée par la Ville de Marseille   avec la collaboration du Creai PACA et Corse, le 4 juin 2013, à Marseille à l'Alcazar.

colloquecreaipacacorse.jpg

« …Encore aujourd’hui pour le grand public comme pour les professionnels qui accompagnent les personnes handicapées, la question de la vie sexuelle reste un sujet sensible et controversé. Compte tenu des cadres éthique et juridique existants, les professionnels de santé, les travailleurs médico-sociaux et les familles se trouvent souvent démunis face aux questions et aux attentes des personnes handicapées.
Avec cette journée d’information, la Ville de Marseille crée une occasion d’échanger et de bénéficier de l’expérience et des réflexions d’experts, de professionnels ainsi que des personnes handicapées et de leurs familles.
Quel accompagnement réaliser, que l’on soit parent, professionnel ou aidant ?
Quelles sont les limites fixées par le droit aujourd’hui ?
Comment construire des réponses adaptées dans le respect d’un cadre éthique
Quel soutien pour les professionnels de l’accompagnement ?... »

François Crochon, expert au titre du CeRHeS était intervenant dans ce colloque.

 Les actes comportent  une bibliographie et une filmographie.

13 novembre 2013

Sexualité et handicap : parlons-en! une action de la Fondation de France en faveur de la dignité des personnes

fondation_de_france.png

 "Depuis quelques années, cette thématique est au coeur de nombreux débats. Vaste et complexe, elle nécessite de construire des réponses partagées pour répondre à la diversité des situations...Les professionnels sont en première ligne pour accompagner l’expression de la vie affective et sexuelle dans les structures médico-sociales alors qu’ils n’y sont généralement pas préparés." sexualité et handicap : parlons-en!

 

Accompagner les transformations de l’adolescence, répondre au désir de jeunes ou d’adultes de vivre une relation affective et sexuelle… Les questions liées à la sexualité sont très présentes dans les structures médico-sociales. Bien qu’obligatoire sur certains volets, l’accompagnement de la dimension sexuelle reste délicate pour les professionnels, d’autant que cette thématique est absente de leur formation initiale.

"J’ai des désirs d’amour, de tendresse, de sexualité"

jean-luc héridel.png

Témoignage de Jean-Luc Héridel

"Je suis atteint d’une infirmité motrice cérébrale. Comme tout être humain, j’ai des désirs d’amour, de tendresse, de sexualité. Mais quand on est handicapé, c’est encore un sujet difficile pour les institutions  spécialisées et la société. Vu mon handicap, il ne fallait pas trop se faire d’illusions. À force, on finit par tout refouler. Par préjugés, mais aussi par peur. On me disait que je n’avais aucune chance de mener une vie sexuelle « normale ». Ma rencontre avec ma femme, un coup de foudre au hasard d’un passage piéton d’une rue de Sarcelles, a finalement prouvé que c’était faux. Les responsables de mon foyer ont pourtant tout fait pour nous empêcher de poursuivre notre relation. Les soignants tenaient des discours complètement fantasmatiques. Ils ne pouvaient pas concevoir leur propre sexualité de manière sereine, comment auraient-ils pu le faire pour moi ?"

 

"Organiser des groupes de parole.

S’intéresser à la sexualité d’un autre, c’est une intrusion possible dans son intimité. Comment alors proposer aux personnes un espace collectif d’expression, protégé et attentif ?


L’animation, confiée à deux intervenants au moins, repose sur les règles de fonctionnement    habituelles des groupes de parole : confidentialité, liberté de silence et de parole… Le groupe de parole n’étant pas un lieu d’analyse, les expériences personnelles ne sont pas abordées.


La question de la participation volontaire n’est pas simple à traiter, les personnes ont souvent       besoin d’avoir une idée précise du contenu et de la forme de l’intervention pour pouvoir exercer leur libre choix. Une réponse possible : faire précéder la participation volontaire au groupe de parole par des séances d’information obligatoires avec la possibilité pour les personnes de rester en retrait.


La composition des groupes requiert une attention particulière en tenant compte de l’âge, des     niveaux de compréhension, des risques d’isolement. La dynamique collective peut être favorisée en alternant la composition des groupes : commencer par des groupes non mixtes pour traiter du fonctionnement du corps, avant d’introduire une mixitégarçon-fille ou homme-femme."


"Mettre à distance les représentations des professionnels


L’accompagnement de la dimension sexuelle ne se limite pas aux personnes handicapées, mais implique également d’associer les parents et les professionnels. Pour ces derniers, la formation est essentielle, il est également nécessaire de leur ménager des espaces de réflexion et d’analyse de la pratique. L’enjeu : les aider à trouver la bonne distance."