22 janvier 2016

Mutilations sexuelles féminines : de l'opposition a l'action, rencontre le 2 février au Centre Hubertine Auclert à Paris

Soudan-5_UN_Albert-González-Farran.jpg

A l’occasion de la Journée internationale contre les mutilations sexuelles féminines du 6 février, l’Observatoire régional contre les violences faites aux femmes du Centre Hubertine Auclert organise une rencontre le 2 février autour d’un film et d’un roman en partenariat avec le collectif Excision Parlons-en.

Le thème de la rencontre  "Mutilations sexuelles féminines : de l’opposition à l’action". Un documentaire et un roman seront les supports de la journée, afin de s'en inspirer pour agir ici et ailleurs et de mieux comprendre.

Près de 125 millions de femmes sont excisées dans le monde (UNICEF), dont près de 53 000 en France (INED).

Ces rencontres permettront de découvrir le parcours de femmes excisées qui s’émancipent de cette pratique : Martha Diomandé, héroïne du documentaire « La Forêt Sacrée » de Camille Sarret (52 minutes) et Awa, personnage phare du roman « La tête ne sert pas qu’à retenir les cheveux » de Sabine Panet et Pauline Pénot.

La projection du film sera suivie de lecture d’extraits du roman puis d’un débat en présence de : Camille Sarret, réalisatrice du film, Martha Diomandé, association ACZA (sous réserve), Sabine Panet et Pauline Pénot, co-autrices du roman, Marion Schaeffer, du collectif Excision Parlons-en.    

9782364747265.jpg

 

 « La tête ne sert pas qu’à retenir les cheveux » , roman

  de Sabine Panet et Pauline Pénot.  Editions Thierry Magnier

 

 

Mardi 2 février 2016 de 18h à 21h au Centre Hubertine Auclert, 7 impasse milord, 75018 Paris

+ d'informations sur l'évènement / Inscription

29 mai 2014

Lydie et les hommes

Lydie-Raer1.jpg

 Jeune étudiante bretonne handicapée motrice, Lydie Raer a testé un site de rencontres, expérience dont elle raconte les péripéties et l'enseignement qu'elle tire de la perception masculine de la sexualité des femmes handicapées..."


"...Au quotidien, dans ses déplacements, Lydie a maintes fois remarqué, de la part des hommes, des regards d'envie de faire connaissance, et même de désir : "Je suis de nature réservée mais je vais volontiers au contact. Quand ils ne savent pas de quoi je suis atteinte, beaucoup d'hommes pensent que la femme handicapée n'a pas de sexualité, voire de capacité sexuelle, et ne connaissent pas le 'mode d'emploi'. Ils ont une forte appréhension. Au début, ça m'a blessée, je ne m'attendais pas à de telles réactions. Pour moi, le handicap allait de soi, j'ai atterri au contact de la réalité ! Je pense que les personnes sont très franches derrière un écran d'ordinateur...."

 

  Agir pour les femmes handicapées

"Lydie veut poursuivre son blog, axé sur la sexualité des femmes handicapées, un double tabou. Elle l'a débuté en février 2014, en publiant quatre articles, et reprendra cette activité après ses examens partiels. Car Lydie est étudiante en troisième année de Droit européen...

...Lydie participe également à un travail photographique sur l'image des femmes handicapées, monté par l'Association pour la Reconnaissance et l’Épanouissement de la Femme en situation de Handicap Arefh créée par la militante Amélie Laguzet "J'ai eu connaissance du projet 'Elles' par l'association Handiparentalité. Je suis féministe et pro-sexe, militante pour le droit des femmes à disposer de leur corps..."

Extraits de Yanous ! le magazine francophone du handicap

12 décembre 2013

Des mannequins handicapés dans les vitrines de 5 boutiques de prêt à porter de Zurich

"On doit cette initiative surnommée « Qui donc est parfait ? Rapprochez-vous ! », en marge de la journée internationale des personnes handicapées du 3 décembre 2013, à l'association suisse Pro Infirmis, particulièrement militante, et toujours innovante, en faveur des personnes handicapées. « En les plaçant parmi des modèles parfaits, nous voulons provoquer une meilleure acceptation des personnes handicapées » confie Mark Zumbühl, porte-parole de l'association. Il se dit conscient que cette démarche peut choquer mais « les gens doivent se demander si des mannequins handicapés ont une place dans les vitrines ou alors s'il ne faut afficher que des corps parfaits. »"


Les décorations de Noël ornant la Bahnhofstrasse brillent de mille feux. Dans les vitrines de cinq boutiques de mode, des mannequins spéciaux sont exposés. Ils ont été moulés en 3D à l'image de Jasmin Rechsteiner, Miss Handicap 2010, Alex Oberholzer, animateur de radio et critique de films, Urs Kolly, athlète, Nadja Schmid, bloggeuse, et Erwin Aljukic, acteur.

La musique est de : Dave Thomas Junior