26 janvier 2017

Sortie du livre: Handicap et sexualité : déni, oubli et reconnaissance

livre deni oubli reconnaissance.jpg

Des contributions de spécialistes autour de divers aspects de la sexualité des personnes en situation de handicap : l'évolution du discours scientifique dans ce domaine, la question de l'identité, le droit sexuel, ou encore l'accompagnement institutionnel, pédagogique et clinique.

Georges Eid montre l'évolution du discours scientifique dans ce domaine.

Denis Vaginay insiste sur l'équivalence identitaire entre personnes en situation de handicap et les autres.

Delphine Siegriest met l'accent sur les droits sexuels des femmes en situation de handicap.

François Crochon aborde l'accompagnement institutionnel.

Françoise Vatré l'accompagnement pédagogique.

Wayne Bodkin l'accompagnement clinique.

Pierre Ancet traite, quant à lui, de l'épineux problème de l'accompagnement sexuel.

Tandis qu'Alain Giami nous propose une vision panoramique de l'évolution de la gestion de la sexualité des personnes en situation de handicap sur plus de 40 ans, avec des avancés et ses contradictions.

 

Vous pouvez le retrouver au Centre Ressources Documentaires du CeRHeS

17 juin 2016

Relations sexuelles : égalité devant la loi, inégalités en situation de handicap

 

rhizome.JPG

Une différence significative en termes de fréquence des relations sexuelles entre personnes handicapées et valides en France

Malgré leur intérêt pour les politiques de santé publique, il est encore aujourd’hui difficile de produire des données fiables et représentatives sur les comportements sexuels des Français. Néanmoins, une étude comparative, mise en œuvre par l’équipe « Sexualité, Société, Individu » de l’unité 292 de l’INSERM, a permis de prendre la mesure des écarts constatables entre les comportements sexuels de la population française 1 et ceux des Français en situation de handicap [2]. Trois constats saillants peuvent être retenus :

1) Tout d’abord, une moindre fréquence des relations sexuelles pour les personnes adultes handicapées au regard de la population générale [3]. 2) Cette différence en termes de fréquence des relations sexuelles est considérablement renforcée si l’adulte handicapé est hébergé en institution. 3) Enfin, l’hébergement en institution a également une influence défavorable sur la possibilité pour les personnes handicapées de se marier [4].

Lire la suite

Article écrit par Eve Gardien - Maître de conférence en sociologie, Université Rennes 2 dans la revue Rhizome n°60 sur la sexualité

 

23 février 2015

Handicap : le tabou se lève progressivement sur la sexualité (Numéro 115 de la Gazette Santé-Social)

 Dans le dernier N° de la Gazette Santé-Social, avec la participation de François CROCHON (Chef de mission du CeRHeS)

cerhes,vie affective et sexuelle,handicap,tabou,déontologie,françois crochon,catherine agthe diserens,sehp,gazette-santé-social,santé sexuelle,droit,institution

" L’institution doit-elle prendre en charge une question aussi singulière que celle de la sexualité ? L’école de la République, porteuse de bien des défis, s’est vu confier, par une circulaire de 2003, « une mission éducative dans le champ de l’éducation à la sexualité ». À raison de trois séances par an, à l’école, au collège, puis au lycée, il s’agit de fournir des connaissances biologiques, mais aussi d’aborder les « dimensions psychologiques, affectives, sociales, culturelles et éthiques de la sexualité ».

Dans les établissements accueillant de jeunes handicapés, on s’est surtout préoccupé de la prévention de l’infection au virus VIH et de la contraception. L’article 23 de la loi n° 2001-588 relative à l’interruption volontaire de grossesse (IVG) et à la contraception précise : « Une information et une éducation à la sexualité et à la contraception sont notamment dispensées dans toutes les structures accueillant des personnes handicapées. » Mais pas question d’aller plus loin.

Les professionnels doivent donc se débrouiller seuls. Et ils le font ! Des établissements « novateurs » créent des projets d’établissement pour prendre en compte la vie affective et sexuelle des résidents, des personnels se forment pour savoir comment aborder les érections inopinées lors des soins…"

...Lire la suite sur le site de santésocial.fr ou sur le site du SEHP (Sexualité et Handicap Pluriels)

 

08 octobre 2014

In Vivo l’intégrale le dimanche 5 octobre sur France 5 : Sexe et handicap, le dernier tabou

Ce documentaire* aborde la sexualité des personnes handicapées et questionne les tabous en prime time…

 

in vivo,france5,michel cymes,handicap,vie affective,intimité,sexualité,institution,fondation mallet,droit,santé sexuelle

 

Claudine Colozzi – Capture d’écran France 5

Souffrance, frustration et soif d’intimité

 […/…] le passage le plus poignant de ce documentaire est la rencontre avec des résidents de la Fondation Mallet (Yvelines). À la souffrance, la frustration et la soif d’intimité exprimées sans détour par certains d’entre eux viennent s’ajouter les questionnements du personnel médical et même de la direction de l’institution, obligée de se conformer à la loi.

 Bernard Gouttefarde, son directeur, évoque un projet de logement où les résidents pourraient rencontrer une prostituée ou un(e) assistant(e) sexuell(e) après avoir pris « personnellement » rendez-vous. « Si la personne n’est pas capable de par son handicap d’être autonome pour aller voir cette professionnelle, explique-t-il. C’est à nous de lui permettre de la rencontrer, ça fait partie de notre prise en charge, de compenser son handicap. » Une prise de position courageuse quand on sait que la mise en relation d’une personne handicapée et d’un aidant sexuel constitue une infraction pénale en France. (Lire la suite sur le site de Faire Face…)

* La série In vivo fait ensuite l’objet d’un documentaire de 26 minutes diffusé le dimanche 05 octobre à 20h00 : In vivo, l’intégrale. Rediffusion sur France TV pluzz

11 mai 2014

Le droit à une vie sexuelle malgré un handicap

Le  Journal Forum de l'Université de Montréal publie un article dans son édition du 5 mai 2014, très intéressant à plusieurs titres. Nous vous en livrons quelques extraits, il vous suffira de cliquer pour   continuer la lecture...

droit vie sexuelle.jpg

 A cause d'un handicap, certaines personnes sont privées de vie sexuelle.

"Marcel et Jocelyne sont amoureux depuis 30 ans. Ils sont tous deux déficients intellectuels en plus d'être atteints d'une maladie mentale. Lui a 53 ans et souffre d'un trouble psychotique. Elle est âgée de 42 ans et a un trouble bipolaire. Entre eux, c'est l'amour fou!

Leur histoire d'amour a commencé au début des années 80, alors qu'ils fréquentaient le pavillon Riel de l'Institut universitaire en santé mentale de Montréal (anciennement l'Hôpital Louis-H. Lafontaine), affilié à l'Université de Montréal. « Ils géraient très bien leur relation intime et ne dérangeaient personne, signale Marie-Josée Prévost, directrice du programme clinique de déficience intellectuelle à l'Institut. On avait même essayé de les intégrer dans la communauté, mais ça ne fonctionnait jamais. Ils devenaient dépressifs. »

La raison? Marcel et Jocelyne ne se retrouvaient pas dans la même ressource d'hébergement compte tenu de la disparité de leur niveau intellectuel et de leurs troubles mentaux. « Une fois qu'on est parvenu à faire reconnaître l'importance de leur relation amoureuse pour leur santé mentale, on a pu faire valoir leur besoin légitime d'être ensemble. Ils n'ont plus jamais eu besoin d'être hospitalisés à notre institut; le suivi en consultation externe a suffi à maintenir stable leur maladie mentale », raconte Mme Prévost ( psychologue, qui travaille depuis 23 ans à l'Institut auprès d'une clientèle ayant une déficience intellectuelle, des troubles psychiques ou des problèmes de comportement)."...

"...Sa collègue, Janik Hudon, travaille au quotidien avec des personnes adultes aux prises avec des troubles mentaux graves. Pour elle, l'éducation sexuelle est fondamentale. Attitrée au soutien clinique des équipes d'intervenants à la Direction du soutien à l'intégration sociale de l'Institut, elle croit que la prévention est essentielle, surtout pour les infections transmissibles sexuellement (ITS). « C'est un problème important chez cette clientèle qui a souvent des pratiques sexuelles à risque, dit la sexologue. On note généralement une absence d'utilisation des préservatifs et de moyens de contraception. »...

...Promouvoir une approche positive de la sexualité ...

...Assistance ou prostitution ?

"Le droit à une vie sexuelle malgré un handicap" par  Dominique Nancy - Journal le Forum - 5 mai 2014