31 août 2016

17èmes Journées Rencontres de l'ASCLIF

asclif bordeau.jpg

 

Voici le programme avec une intervention de François CROCHON, sexologue clinicien, chef de mission du CeRHeS.

 

Capture asclif logo.JPG

 

 

Pour s'inscrire, c'est ici...

19 mai 2014

Maman handicapée, supermaman : le défi d'une vie ! mardi 10 juin de 14h à 18h à l'Espace Tête d'Or à Lyon

maman-handicapee-supermaman.jpg

Maman handicapée, Supermaman : le défi d’une vie !

"Aujourd'hui encore, la notion de handicap fait souvent l’objet de nombreux préjugés, mais qu’en est-il quand on est une femme handicapée et que l’on souhaite être maman ?

Conférence-débat, témoignages, animations, stands d’information, à travers cet événement,  A2micile a souhaité aborder la notion d’handiparentalité et mettre en lumière des histoires d’hommes et de femmes remarquables qui ont su combattre les préjugés et prendre leur destin en main !"

 

 

Table ronde et témoignages avec la présence exceptionnelle de 

- Dorine Bourneton
- Khadija Id Amar
- Béatrice Idiard-Chamois
- Maryline Lorne
- Florence Méjécase
- Benjamin Louis

 Animations, stands d'information...

inscription supermaman.jpg

03 février 2014

La Rencontre..."dans un monde parfait, ça se passerait comme ça"...

La délégation APF du Vaucluse présente en avant première La rencontre, un court métrage pour le festival entr'2 marches

 

Christophe ORSET ( Scénario/Images/Montage/Graphisme/Réalisation); Françoise BALLAND (Scénario/Figurante); Morgane DUMAREAU (Scénario/ Actrice); Lada RAMIA (Acteur); Marie NEBOUT (Figurante);  Mélanie BELHIRECHE (Figurante); Sandrine MAZZA (Figurante); Angélique LAPORTE (Figurante); Sabine CHAUMELLE (Figurante); Céline GENAIS (Figurante); Arthur CHAUMELLE (Figurant); Rose ORSET (Voix off); Gwendolyne ORSET (Voix off), VALLI; CAP SUD.

07 octobre 2013

Christine et Tami sont amoureux, ils vont se fiancer, ils ont une vie affective et sexuelle, ils en parlent sur France Inter à l'émission de Daniel Mermet, Là-bas si j'y suis, le 1er octobre

 

 "Je considère que chaque couple, valide ou handicapé, peut faire l'amour à sa manière" Tami


Les témoignages de Christine et Tami sont riches d'enseignements pour nous, personnes valides et handicapées. Ils dialoguent avec les autres, affirment leurs opinions avec fermeté et sérénité. Le dialogue s'installe aussi grâce  à la maman de Tami, traductrice et "assistante de vie".


Laissons-leur la parole...et écoutons leur histoire...

 

02 mai 2013

Pourquoi les malades d’Alzheimer doivent poursuivre leur vie sexuelle ?

Parmi les films nommés pour l'Oscar du meilleur court-métrage en 2013, "Henry", du réalisateur Yan England, questionne les rapports entre maladie d'Alzheimer et couple.

L'occasion pour André Dupras, spécialiste de la sexualité des personnes âgées et de celle des handicapés, de rappeler qu'une vie sexuelle active est pensable mais surtout possible pour les malades d'Alzheimer.

 

Extrait de l’article d’André Dupras, sexologue :

« Des soignants arrivent à oublier que les personnes atteintes de maladie d’Alzheimer ont une vie sexuelle qui perdure jusqu’à la fin de leur vie. Or la vie sexuelle répond à des besoins que l’affectivité ne réussit pas à combler complètement. Il est donc primordial de les maintenir dans le champ de la sexualité.

 Pourtant, l’expression de la vie sexuelle des personnes atteintes de la maladie d’Alzheimer est souvent perçue comme problématique, comme un risque de perturbation du fonctionnement aussi bien des résidents que des intervenants. Adoptons alors une pensée positive et reconnaissons les bienfaits qu’apporte l’exercice de la sexualité pour les personnes atteintes de la maladie d’Alzheimer.

 Le maintien de l’intérêt sexuel constitue une façon d’assurer une continuité avec le passé et de poursuivre son développement sexuel jusqu’à la fin de sa vie. Au lieu d’arrêter et d’oublier sa sexualité, la personne continue à la vivre en acceptant et en s’ajustant aux modifications induites par le vieillissement et la maladie. Une vie sexuelle active renforce chez des personnes l’estime et l’image de soi du fait qu’elles ont réussi à conserver vivant un aspect de leur vie. Ainsi, la vie sexuelle contribue à la qualité de vie de la personne, en ce qu’elle constitue un facteur d’épanouissement individuel et social. »

 La suite sur le site du Nouvel Obs

Du même auteur, à lire sur le site de

l'Espace national de réflexion éhique sur la maladie d'Alzheimer :

Penser la sexualité de la personne malade d’Alzheimer

d’une manière éthique