10 octobre 2014

De la difficulté, pour des personnes en situation de handicap mental, à vivre une sexualité en institution, et parce qu'on a davantage peur, pour elles, des grossesses que du sida..

mon-amoureux-couple1.jpg

"Mon amoureux", un film de Daniel Metge - 2011 - 22'30 - Les Films du Cygne -

 

Dans une interview accordée au journaliste Quentin Girard,  la sociologue Lucie Nayak revient sur les difficultés à vivre une sexualité pour les personnes placées en institution. Elle a récemment publié, dans le dernier numéro de la revue scientifique Hermès, un article sur les "paradoxe et conflits autour de la sexualité des personnes handicapées mentales en institution spécialisée".

Elle explique pourquoi la sexualité des personnes handicapées mentales a longtemps été interdite dans les établissements spécialisés, alors qu'aujourd'hui la position semble évoluer vers un droit à l'intimité...

Libération "Next" 10 octobre 2014 - Rubrique "Sexe et Genre"

Lire la suite...

 

 

08 octobre 2014

Sexualité et polyhandicap

vie affective et sexuelle,santé sexuelle,polyhandicap,psymas,éthique,établissements,respect,droit,sexualitéLes "Repères éthiques" du site Psymas.fr (Site de ressources psychologiques sur le polyhandicap) sont diffusés tous les deux mois et thèmes sont choisis pour les enjeux qu'ils portent dans l'articulation entre éthique et pratique professionnelle.

L’édition de septembre-octobre 2014 porte sur l’accompagnement à la vie affective et sexuelle

« L’accompagnement à la vie affective et sexuelle est un thème particulièrement fécond au niveau de la réflexion éthique. La sexualité et l’affectivité, en tant que notions se situant à l’interstice de l’intime et du collectif, ne peuvent en effet que mettre en mouvement la pensée institutionnelle.

Elles représentent d’ailleurs un de ses plus importants défis, tant elles prêtent à un entrecroisement de dimensions complexes, entrant en résonance les unes avec les autres.

Aborder ce thème, c’est parler de lien et de désir, de règle et de liberté… C’est, en quelque sorte, parler des conditions d’existence d’une certaine humanité au sein  du collectif. La sexualité est un droit, mais aussi un facteur fondamental de qualité de vie. L’affectivité est, quant à elle, liée à l’essence même de l’homme, en tant qu’être social et émotionnel. Leur abord est donc non seulement nécessaire à tout accompagnement respectueux de la personne, mais également évident pour tout établissement recherchant un certain ajustement éthique. » (Lire la suite…)

Pour en finir avec les idées reçues sur le DIU

Pour en finir avec les idées reçues sur le Dispositif Intra Utérin (malproprement nommé "stérilet")

diu,dispositif intra utérin,stérilet,martin winkler,contraception,réduction des risques de grossesses non désirées

Comment fonctionnent les DIU ?

Il existe deux types de DIU : le DIU en cuivre, et le DIU hormonal. Ils sont placés, comme leur nom l’indique, à l’intérieur de l’utérus. Ils se présentent généralement sous la forme d’un petit « T », dont les branches sont repliées pour procéder à l’insertion par le col de l’utérus.

Une fois en place, plus besoin de s’en occuper pendant plusieurs années. La durée varie selon les modèles :

  • 7 à 10 ans pour le DIU en cuivre
  • 3 à 7 ans pour le DIU hormonal

 

diu,dispositif intra utérin,stérilet,martin winkler,contraception,réduction des risques de grossesses non désirées

 

Martin Winckler précise :

« La durée d’efficacité est grande pour les DIU au cuivre, mais il faut rappeler que la fréquence des échecs, même si elle est faible, est plus importante avant 25-30 ans qu’après. Après 40 ans, un DIU au cuivre peut être laissé en place sans être changé jusqu’à la ménopause. »

Le DIU en cuivre a un effet spermicide : les spermatozoïdes qui arrivent dans l’utérus sont neutralisés par le cuivre. Il en va de même pour l’ovocyte (l’ovule). Ce DIU ne contient PAS d’hormones. Zéro. Nada.

Le principal effet du DIU hormonal est d’épaissir les sécrétions du col de l’utérus afin d’empêcher le passage des spermatozoïdes. Il amincit l’endomètre (paroi intérieure de l’utérus), ce qui compromet l’implantation d’un oeuf fécondé (éventualité rare). « Chez certaines femmes, il endort aussi l’ovulation (mais c’est un effet inconstant) », ajoute Martin Winckler. (Lire la suite sur le blog (excellent) de madmoiZelle.com…)

diu,dispositif intra utérin,stérilet,martin winkler,contraception,réduction des risques de grossesses non désirées

Voir également sur les blogs de :

diu,dispositif intra utérin,stérilet,martin winkler,contraception,réduction des risques de grossesses non désirées

 


03 octobre 2014

Fenêtre ouverte sur le handicap visuel : "La parentalité, du désir d'enfant à la grossesse et à la naissance..."

fidev,handicap visuel,parentalité,grossesse,naissance

 

Pour la 3ème année consécutive, l’association FAF APRIDEV Rhône-Alpes organise  en partenariat avec l’Université Catholique de Lyon et la FIDEV  une “Fenêtre ouverte sur le handicap visuel”. Cette année la thématique retenue est la Parentalité – du désir d’enfant, à la grossesse à la naissance...

 

Le thème a été choisi à la demande des personnes déficientes visuelles, qui sollicitent de plus en plus les professionnels. Par conséquent c’est un sujet qui éveille l’intérêt et les questionnements de différents corps de métier où chacun peut apporter des solutions de compensation.

 

Les tables rondes rassembleront des témoignages de parents et de jeunes adultes, mais aussi les témoignages de l’accompagnement proposé par différents professionnels et la présentation de lieux ressources..

 

L’entrée est libre et sans inscription.

Améliorer la santé des personnes handicapées

oms,santé,personnes en situation de handicap,discrimination,inégalités de santé 

Rappelons que selon la Convention de l'ONU relative aux droits des personnes handicapées, « les états parties fournissent aux personnes handicapées des services de santé gratuits ou d’un coût abordable  y compris des services de santé sexuelle et génésique  et des services de santé publique communautaires.»