12 décembre 2013

Des mannequins handicapés dans les vitrines de 5 boutiques de prêt à porter de Zurich

"On doit cette initiative surnommée « Qui donc est parfait ? Rapprochez-vous ! », en marge de la journée internationale des personnes handicapées du 3 décembre 2013, à l'association suisse Pro Infirmis, particulièrement militante, et toujours innovante, en faveur des personnes handicapées. « En les plaçant parmi des modèles parfaits, nous voulons provoquer une meilleure acceptation des personnes handicapées » confie Mark Zumbühl, porte-parole de l'association. Il se dit conscient que cette démarche peut choquer mais « les gens doivent se demander si des mannequins handicapés ont une place dans les vitrines ou alors s'il ne faut afficher que des corps parfaits. »"


Les décorations de Noël ornant la Bahnhofstrasse brillent de mille feux. Dans les vitrines de cinq boutiques de mode, des mannequins spéciaux sont exposés. Ils ont été moulés en 3D à l'image de Jasmin Rechsteiner, Miss Handicap 2010, Alex Oberholzer, animateur de radio et critique de films, Urs Kolly, athlète, Nadja Schmid, bloggeuse, et Erwin Aljukic, acteur.

La musique est de : Dave Thomas Junior


04 décembre 2013

Des vidéos éducatives sur les sites educationsexuelle.com et educationsensuelle.com

vidéos éducatives,cerhes,françois crochon,delphine siegrist,sheila warembourg,willy rougier,handicap mental,handicap moteur,déficience intellectuelle,educationsensuelle.com,educationsexuelle.com,de groupes d’expressions autour de la vie affective et sexuelle

 Nouveau et inédit sur Internet : Handicap & sexualité 

 Enfin des vidéos éducatives ! 


Les sites www.educationsensuelle.com et www.educationsexuelle.com proposent 2 modules de vidéos éducatives sur la thématique Handicaps & Sexualités, l’un destiné aux personnes en situation de handicap moteur, l’autre destiné aux personnes souffrant d’une déficience intellectuelle.

Plus de 100 vidéos d’experts du handicap et de la sexualité, répondent à toutes les questions-clés que se posent les jeunes et leur entourage, famille et professionnels de la santé, telles que :

HANDICAP MOTEUR : Séduire avec mon handicap, Le désir, Le plaisir, Créativité dans sa vie intime, Confiance en soi, Comment faire avec mes amis d’avant l’accident, Aide médicale et technique 

DÉFICIENCE INTELLECTUELLE : Comment dire que tu me plais, Gérer le refus en amitié et en amour, Être consentant, A qui je parle de sexualité, Prévention et contraception, Désir d’enfant ou désir de grossesse 

Et aussi des vidéos spécifiques pour les éducateurs et la famille : Intérêt pour la sexualité, Homosexualité, Le risque de surprotection, Effet pervers du silence sur la sexualité, Comment éduquer à la vie affective et sexuelle 

LES EXPERTS : 

François Crochon, Sexologue Clinicien / Responsable du Centre Ressources Handicaps et Sexualités : Un déni ou un silence assourdissant qui peut être vécu comme une violence et majore les risques pour les personnes en situation de handicap.


Sheila Warembourg,  diplômée en sexologie et Santé Publique / spécialisation : personnes en situation de handicap : C'est la solitude qui est la difficulté...

Maryse Pascau, Conseillère Conjugale et Familiale et formatrice à l’AFCCC / Expertise : handicap et sexualité : Souvent présentée comme tabou ou interdit, aborder la sexualité nécessite d'être à l'aise avec sa propre sexualité.

 

Enfin, plusieurs personnes en situation de handicap moteur témoignent de leur vécu : 

Willy Rougier, bénévole au CeRHeS, formé à l’animation des groupes d’expressions autour de la vie affective et sexuelle des personnes en situation de handicap : Avoir une sexualité "comme tout le monde" aide à accepter son handicap. 

Laetitia Rebord, La société a encore un regard tabou sur le handicap et la sexualité...

 

Delphine Siegrist, en formation de Conseillère Conjugale et Familiale, formatrice et animatrice de groupes d’expressions autour de la vie affective et sexuelle des personnes en situation de handicap au CeRHeS : C'est pas toujours un long fleuve tranquille, mais c'est possible... Oui, c'est un risque qu'il faut prendre !

 

 vidéos éducatives,cerhes,françois crochon,delphine siegrist,sheila warembourg,willy rougier,handicap mental,handicap moteur,déficience intellectuelle,educationsensuelle.com,educationsexuelle.com,de groupes d’expressions autour de la vie affective et sexuelle

03 décembre 2013

Journée internationale des personnes handicapées

3 décembre, journée internationale des personnes handicapées

« Plus d’un milliard d’entre nous vivent avec un handicap. Nous devons éliminer tous les facteurs qui font obstacle à l’intégration et à la participation des personnes handicapées dans la société, notamment en modifiant les comportements qui alimentent les préjugés et institutionnalisent la discrimination. »

 

M. Ban Ki-moon, Secrétaire général de l'ONU
Message pour la Journée 2013

 

Les personnes handicapées sont généralement en plus mauvaise santé, atteignent des niveaux d’éducation plus bas et présentent des taux plus élevés de pauvreté que les personnes non handicapées.

Chttp://www.un.org/fr/events/disabilitiesday/background.shtmlette situation est due, dans une large mesure, au manque de services à leur disposition et aux nombreux obstacles qu’elles rencontrent dans leur vie de tous les jours. Ces obstacles sont divers et nombreux; certains sont liés à l'environnement physique de la personne, d'autres découlent de la législation ou de politiques en vigueur, d'autres encore viennent des habitudes et attitudes des communautés ainsi que des problèmes de discrimination.

 

Les personnes handicapées sont beaucoup plus souvent victimes de la violence que les autres :

  • - Les enfants handicapés sont presque quatre fois plus susceptibles d'être victimes de violence que les enfants non handicapés.
  • - Les adultes atteints d'un handicap sont une fois et demi plus susceptibles d'être victimes de violence que les personnes sans handicap.
  • - Les adultes ayant des problèmes de santé mentale sont près de quatre fois plus à risque de subir des violences que les autres.

La stigmatisation, la discrimination, l'ignorance sur le handicap augmentent le risque, pour les personnes handicapées, d’être victimes de violences.http://www.un.org/fr/events/disabilitiesday/background.shtml

29 novembre 2013

1er décembre - Journée Mondiale de la lutte contre le SIDA

" Faire le bon geste, c'est bien.
Le faire au bon moment, c'est mieux. "

Que vous soyez en situation de handicap ou non,

pensez au dépistage...

 

« Faire le bon geste, c’est bien, Le faire au bon moment, c’est mieux ». Telle est la signature de la nouvelle campagne de sensibilisation au dépistage de Sida Info Service réalisée en partenariat avec le laboratoire Janssen à l’occasion de la Journée mondiale de lutte contre le sida.

 

Dans un style humoristique, l’objectif de cette nouvelle campagne est d’interpeller et sensibiliser le grand public et plus particulièrement les jeunes à se faire dépister. Aujourd’hui, en France, environ 30 000 personnes ignorent leur séropositivité. 

13 novembre 2013

Sexualité et handicap : parlons-en! une action de la Fondation de France en faveur de la dignité des personnes

fondation_de_france.png

 "Depuis quelques années, cette thématique est au coeur de nombreux débats. Vaste et complexe, elle nécessite de construire des réponses partagées pour répondre à la diversité des situations...Les professionnels sont en première ligne pour accompagner l’expression de la vie affective et sexuelle dans les structures médico-sociales alors qu’ils n’y sont généralement pas préparés." sexualité et handicap : parlons-en!

 

Accompagner les transformations de l’adolescence, répondre au désir de jeunes ou d’adultes de vivre une relation affective et sexuelle… Les questions liées à la sexualité sont très présentes dans les structures médico-sociales. Bien qu’obligatoire sur certains volets, l’accompagnement de la dimension sexuelle reste délicate pour les professionnels, d’autant que cette thématique est absente de leur formation initiale.

"J’ai des désirs d’amour, de tendresse, de sexualité"

jean-luc héridel.png

Témoignage de Jean-Luc Héridel

"Je suis atteint d’une infirmité motrice cérébrale. Comme tout être humain, j’ai des désirs d’amour, de tendresse, de sexualité. Mais quand on est handicapé, c’est encore un sujet difficile pour les institutions  spécialisées et la société. Vu mon handicap, il ne fallait pas trop se faire d’illusions. À force, on finit par tout refouler. Par préjugés, mais aussi par peur. On me disait que je n’avais aucune chance de mener une vie sexuelle « normale ». Ma rencontre avec ma femme, un coup de foudre au hasard d’un passage piéton d’une rue de Sarcelles, a finalement prouvé que c’était faux. Les responsables de mon foyer ont pourtant tout fait pour nous empêcher de poursuivre notre relation. Les soignants tenaient des discours complètement fantasmatiques. Ils ne pouvaient pas concevoir leur propre sexualité de manière sereine, comment auraient-ils pu le faire pour moi ?"

 

"Organiser des groupes de parole.

S’intéresser à la sexualité d’un autre, c’est une intrusion possible dans son intimité. Comment alors proposer aux personnes un espace collectif d’expression, protégé et attentif ?


L’animation, confiée à deux intervenants au moins, repose sur les règles de fonctionnement    habituelles des groupes de parole : confidentialité, liberté de silence et de parole… Le groupe de parole n’étant pas un lieu d’analyse, les expériences personnelles ne sont pas abordées.


La question de la participation volontaire n’est pas simple à traiter, les personnes ont souvent       besoin d’avoir une idée précise du contenu et de la forme de l’intervention pour pouvoir exercer leur libre choix. Une réponse possible : faire précéder la participation volontaire au groupe de parole par des séances d’information obligatoires avec la possibilité pour les personnes de rester en retrait.


La composition des groupes requiert une attention particulière en tenant compte de l’âge, des     niveaux de compréhension, des risques d’isolement. La dynamique collective peut être favorisée en alternant la composition des groupes : commencer par des groupes non mixtes pour traiter du fonctionnement du corps, avant d’introduire une mixitégarçon-fille ou homme-femme."


"Mettre à distance les représentations des professionnels


L’accompagnement de la dimension sexuelle ne se limite pas aux personnes handicapées, mais implique également d’associer les parents et les professionnels. Pour ces derniers, la formation est essentielle, il est également nécessaire de leur ménager des espaces de réflexion et d’analyse de la pratique. L’enjeu : les aider à trouver la bonne distance."