21 mars 2016

2ème journée mondiale des troubles bipolaires

L'association ICEBERGS vous propose une action de sensibilisation à l'occasion de la

2ème journée mondiale des TROUBLES BIPOLAIRES

sous le haut patronage de Marisol Touraine, Ministre des affaires sociales, de la santé et des droits des femmes avec le soutien de la ville de Lyon

mercredi 30 mars 2016

Place Carnot, dans le 2ème Arrdt de Lyon

de 12h à 18heures

http://icebergs.fr/

Un parcours sensoriel et ludique, sous tente, permettra de découvrir la bipolarité, source d'isolement et de rupture sociale.

Dans un premier temps, par le biais de l'expérimentation des deux états de la personne bipolaire :
  • - l'état dépressif dans un univers teinté de gris, nuageux et brumeux
  • - l'état maniaque, aux couleurs vives et aux bulles légères, 
 
Puis, au travers d'un jeu, vous pourrez découvrir les symptômes de la bipolarité 

Après ce parcours sensoriel et ludique, les visiteurs pourront rencontrer le corps médical et les associations accompagnant les bipolaires pour mieux identifier le parcours de prise en charge et de soins sur la région lyonnaise. 
 

17 mars 2016

Court métrage sur les violences liées au genre : "mecsmeufs"

Bob est un homme frustré par les femmes, qui ne draguent pas assez et ne sont pas assez entreprenantes.

Bob propulsé dans un monde parallèle

Bob se retrouve propulsé dans un monde où ce sont les femmes qui font le premier pas, où ce sont les femmes qui draguent, qui suivent, qui harcèlent.

En fait, Bob se retrouve dans un monde où les femmes se comportent juste comme des hommes dans notre monde à nous.

C’est le “pitch” de “Mecs Meufs”, court-métrage de 13 minutes , produit par Affreux, Sales et Médchants, écrit et réalisé par Liam Engle, et sélectionné dans 108 festivals de cinéma, ayant reçu pas moins de 30 prix.

Bob, forcément, déchante très vite. S’il est d’abord ravi de voir que dans ce nouveau monde, les femmes semblent plus ouvertes, il comprend aussi qu’il ne peut pas se défendre quand, à trois, elles le violent dans les toilettes d’un bar.

 Une vidéo qui ouvre les yeux

Lire la suite sur le site du Nouvel Obs-Le Plus...

16 mars 2016

Avec pas d'cœur veut briser le tabou de la sexualité...

 Sexe, danse et déficience

Par Silvia Galipeau, La Presse

Dans le cadre de la semaine de la déficience à Montréal, du 16 au 19 mars 2016

Trois interprètes, une chorégraphe, un sujet : la sexualité. Pas n’importe laquelle : celle des personnes aux prises avec une déficience. Tabou, vous dites ? Nous les avons rencontrés pour en parler.

chorégraphie,x fragile,syndrome de williams,déficience intellectuelle,dans,gabrielle,vie affective et sexuelle,art

 

chorégraphie,x fragile,syndrome de williams,déficience intellectuelle,dans,gabrielle,vie affective et sexuelle,art

 

Lire la suite sur le site de La Presse

Voir également sur le site de canoe.ca et sympatico 

Lire la suite

15 mars 2016

Vagina Guerilla

Constatant la surreprésentation du sexe masculin sur les murs et ailleurs, quatre militantes ont lancé au cours de l'été 2015 le mouvement la "Vagina Guerilla".

11218835_670618743039807_6064807710494416717_n.png

Un objectif: rendre la représentation du sexe féminin aussi populaire que celle du sexe masculin.

 

La représentation graphique du pénis est entrée dans les moeurs. Dessiner un zizi sur un mur ou un bout de papier est un geste quasiment inné chez tout un chacun. Pourquoi la représentation du sexe féminin n'aurait-elle pas droit de cité, elle aussi, sur nos murs ?

La Vagina Guerilla est une tentative d'inception dans la société, d'un signe universel de la vulve. Pour que demain, des teuches et des teubes cohabitent sur nos murs et inscrivent en lettres de graphes un peu plus d'égalité.

Vagina Guerilla, un symbole de ralliement qui représente toutes les vulves dans leur infinie diversité.
 
Voir la suite sur leur page Facebook et sur leur Blog...

07 mars 2016

Le Planning Familial a 60 ans

France Inter lui consacre une émission.

Sexisme, violence, IVG... Des femmes témoignent de leurs problèmes. Soixante ans après sa création, le Planning familial a encore bien des combats à mener.

PF a 60 ans.jpg

C'est une conversation téléphonique presque clinique, où il est question de prise de cachets, de saignements, du processus abortif. C'est un autre récit, bref et désespéré, celui d'une grossesse non désirée dans une vie sans papiers. C'est une militante qui lâche « ça nous soûle » de constater, encore et toujours, que les femmes « s'excusent de devoir appliquer ce droit » à l'avortement obtenu il y a plus de quarante ans.

A l'écoute d'Interception, ce dimanche (France Inter, 9h10, puis en podcast), la détermination monte, farouche : pas tou­che au planning familial. Soixante ans après sa création, son existence est toujours aussi primordiale.

Ce reportage de Véronique Julia n'est pas le premier à raconter la lutte pour l'IVG et la contraception, les droits des femmes et les violences qui leur sont faites, la solitude des malades du VIH. Mais ici, ces mots sont des faits bruts, réels, vécus par Patricia, Sarah, Louise, Nathalie ou Marie ; l'urgence qui les inspire, palpable, leur confère une force solennelle. Et réactive la colère contre ceux qui voudraient anéantir le Planning.