13 novembre 2013

"La contraception passe mâle" mais elle passe à petits pas

D'après l'article de Anne-Claire Genthialon paru dans Libé le 6 novembre, dans la rubrique "VOUS"

" Même s'il ya encore beaucoup de réticences chez les hommes, certains ont franchi le pas et ont essayé des méthodes parfois surprenantes.

l'hommeauslip.jpg


Pourquoi la contraception ne passerait-elle pas dans le camp des hommes ? C’est la question soulevée par le Planning familial et l’Ardecom (Association pour la recherche et le développement de la contraception masculine) qui déplorent que «la maîtrise de la fertilité du couple, que ce soit pour une nuit ou plus, repose entièrement sur les femmes». Et eux qu’en pensent-ils ? A en croire un sondage (CSA de 2012), 61% seraient prêts à prendre une pilule contraceptive si elle était commercialisée. En attendant, les voilà plutôt qui s’abritent derrière une pénurie de moyens se résumant à capote ou retrait. Sauf que comme le rappelle le Planning familial, il existe des alternatives, des méthodes souvent méconnues et parfois très surprenantes pour rendre un homme responsable de sa fécondité.


Au menu des possibles ? La contraception thermique, mise au point dans les années 80 qui consiste à enfiler un sous-vêtement serré pour faire monter la température des testicules et diminuer ainsi la production de spermatozoïdes. Mais dans la pratique, le «slip chauffant» fait plus sourire qu’il n’emballe. Autre méthode : la vasectomie. Là encore, peu d’adeptes. Bien qu’autorisée depuis 2001 en France, elle ne concerne que 0,5% des hommes, loin derrière les pays anglo-saxons où ils sont 15 à 20% à y avoir recours. Reste la «pilule» masculine. Elle ne se gobe pas mais s’injecte une fois par semaine pendant dix-huit mois selon un protocole de l’OMS et est déjà testé sur 1 500 hommes. Seul hic, les produits n’ont pas encore d’autorisation de mise sur le marché. «Le problème n’est pas que médical, assure Marie-Pierre Martinet, secrétaire générale du Planning familial. Les freins sont bien plus profonds. Limiter la capacité reproductive des hommes fait peur : cela questionne leur rôle, celui des femmes, la fertilité, la virilité…»

Pour compléter cette approche, un ouvrage intitulé "la contraception masculine", fait le point sur les différentes méthodes de contraception masculine. Il est constitué de textes rapportant les expériences françaises (hormonale, thermique) et la synthèse des expériences mondiales. Ces différentes méthodes font l'objet de débats tant au plan médical (effets secondaires, efficacité) que sociétal, auquel ce livre veut contribuer.


 

contraception masculine,nouvelles méthodes,planning familial,ardecom,pilule contraceptive,contraception thermique,vasectomie,peurs

Auteurs : Jean Claude Soufir, Roger Mieusset

Editeur : Springer

Collection : l'homme dans tous ses états


12 novembre 2013

"Masters of sex" - saison 1 - ou comment une chaîne de TV américaine raconte en séries l'histoire de Masters et Johnson, OCS City la diffuse sur nos écrans chaque vendredi à 20h40

 Dans les années 1950, les Etats-Unis sont secoués par la révolution sexuelle. Masters of Sex retrace l'histoire vraie de William Masters et Virginia Johnson, deux pionniers de la recherche en sexologie dont la carrière va les mener d'un hôpital de Saint Louis jusqu'à la Une du magazine Time.

xxlarge_mastersofsex_39c59.jpg

Michael Sheen et Lizzy Caplan interprètent W. H. Masters et Virginia Johnson

Le film  est en Version Originale Sous-Titrée - produit aux Etats Unis en 2013

par Michelle Ashford - Durée : 59 minutes - Genre : drame - Format : 16/9

"Masters of sex" met en scène une approche à la fois physique et psychologique. Pour la réalisatrice Michelle Ashford, ce questionnement est toujours d'actualité car "si notre connaissance du corps a largement évolué, nos doutes face à nos performances, face au plaisir et aux sentiments de l'autre, sont toujours grands".

Masters and Johnson ont écrit plusieurs ouvrages dont :

"Les perspectives sexuelles -homo, bi,hétérosexualité, une ou des sexualités ? "

"Les réactions sexuelles", résultat de onze ans de recherche.

"Les mésententes sexuelles et leur traitement"

Ces ouvrages sont épuisés, ils seront bientôt consultables au Centre de Ressources Documentaires du CeRHeS (vous serez bien sûr informés de sa prochaine ouverture par le blog).






Contraception masculine : pourquoi la pilule est-elle si difficile à avaler ?

contrmasculinePF17oct13.jpg

Problématique

Quels sont les facteurs qui ont contribué à ce que la contraception masculine ne soit pas devenue un enjeu de la recherche médicale ? La faute à des énigmes scientifiques et/où des préjugés tenaces ? Par ailleurs, la contraception presque exclusivement féminine est-elle un moyen d’émancipation ou bien un autre levier de domination masculine ?

 

Intervenants

Planning Familial de l'Isère en co-animation

avec ARDECOM, Association pour la Recherche et le Développement de la Contraception Masculine

et le Collectif ASCOM, Groupe de militants Anti-Sexistes pour la Contraception Masculine

Lieu

Salle polyvalente (à prox. du centre social des Eaux Claires) 39 rue André Rivoire – 38100 Grenoble

Accès

Tram C : arrêt Vallier – Docteur Calmette / Bus 32, arrêt Champs Elysées

Horaire: 18h-20h    Entrée libre et gratuite


 

 

25 septembre 2013

jeudi 3 octobre 2013 à Montbéliard les délégations départementales de l'APF du Territoire de Belfort, du Doubs, et de la Haute - Saône organisent une journée d'étude sur le thème "vie affective et sexuelle des personnes en situation de handicap"

 

vie affective,vie sexuelle,personnes en situation de handicap,sujet tabou,pratiques professionnelles,accompagnement,personnes dépendantes,vie en institution,respect de l'intimité,conscience du corps,limites du travail d'aide

François Crochon, responsable du CeRHeS, interviendra lors de ce colloque sur la vie affective et sexuelle des personnes en situation de handicap


27 août 2013

Affectivité, sexualité et handicap. Guide à l'intention des institutions : professionnels, usagers, parents

 

affectivité,sexualité,handicap,droit fondamental,épanouissement,bien être,qualité de vie,besoins,attentes,personnes handicapées "Avoir une vie relationnelle, affective et sexuelle satisfaisante constitue un droit fondamental, un facteur d'épanouissement et de bien-être, partie intégrante d'une qualité de vie. Chacun d'entre nous peut y prétendre. Les personnes handicapées ont, elles aussi, des besoins et des attentes en matière de vie affective et sexuelle. L'ASPH a réuni, au sein d'un groupe de travail, des professionnels soucieux de partager leurs expériences et de trouver des solutions à certaines problématiques. Ces réflexions ont abouti à ce guide, conçu comme un outil pour l'élaboration d'un projet pédagogique dont la vie affective, relationnelle et sexuelle des usagers est une réalité institutionnelle à part entière".

Cette publication est une édition de l’Union Nationale des Mutualités Socialistes.

Elle est réalisée avec la collaboration de l’Association Socialiste de la Personne Handicapée

Elle peut être obtenue gratuitement : dans un point de contact de la Mutualité Socialiste

auprès du département communication de l’Union Nationale des Mutualités Socialistes

Rue Saint-Jean, 32/38 - 1000 Bruxelles Tél. 02/515 05 59.

Sur les sites internet www.mutsoc.be et www.asph.be

Editeur responsable : Jean-Pascal Labille, Rue Saint-Jean 32/38 - 1000 Bruxelles

Rédaction : Adriana Ciciriello

Mise en page et suivi : Nathalie De Wispelaere