13 juin 2016

Retrouvez les actes du colloque "Sexualité, amour et handicap : tous concernés !"

Plusieurs témoignages de ce colloque du vendredi 3 avril 2015,

à écouter sur

Sexualité, amour et handicap : tous concernés !

 

 

Colloque | Vendredi 3 avril 2015 | 8h30-17h | Nantes

 sexualité,amour,handicap,colloque,santé sexuelle,eric fiat,jean-siméon menoreau,lydie raër,réjean trenblayLa sexualité de la personne handicapée n’existe pas...

Les désirs, les pratiques, les fantasmes sexuels des personnes en situation de handicap, témoignent de réalités, heureuses ou malheureuses, que chacun peut connaître.

Personnes handicapées, professionnels, parents, beaucoup ont affaire à l’intrusion de la question sexuelle dans leurs parcours, leurs relations, en des termes très concrets :

  • - Comment puis-je faire l’amour avec ce corps qui ne répond pas ? Comment rencontrer l’autre quand mon être est marqué par l’entrave ? Puis-je demander de l’aide comme pour d’autres gestes de mon quotidien ? ...

  • - Comment accompagner dans nos institutions l’expression du désir, de la jouissance et de l’amour ? Faut-il étouffer cette expression, la contenir, la réguler, la favoriser ? Ces questions si intimes concernent-elles l’institution ?...

  • - Puis-je aider mon enfant à rencontrer un(e) partenaire là où son handicap tend à l’enfermer dans son monde ? Comment soulager son corps et son esprit quand la pulsion fait douloureusement tension au risque de déranger les règles sociales ? Comment trouver la bonne distance ?...

Ces questions, parmi tant d’autres, éclairent la mise en tension de la sphère intime (la jouissance, le désir, l’amour, le plaisir) et du champ social (l’institution, la loi, les interdits, la morale).

Ce débat forcément conflictuel, politiquement, socialement, psychiquement, peut-il se résoudre dans un cadre légal ? Par la mise en œuvre d’un protocole ? N’admet-il de solutions qu’au cas par cas dans le respect le plus complet de l’intimité du sujet ?

Les entraves que connaissent les personnes handicapées dans leur corps ou leur esprit viennent souligner la singularité de toute rencontre sexuelle et amoureuse. Pour elles, les choses iraient moins de soi car nécessiteraient le recours à une assistance, à un tiers :

  • - physiquement aidant quand le corps ne répond pas

  • - protecteur quand le sujet semble être victime de l’autre

  • - régulateur quand les façons de jouir sortent des codes sociaux décomplexant quand les inhibitions pèsent trop…

Autant de difficultés dont les personnes en situation de handicap sont loin d’avoir le monopole.

Nous avons tous affaire au manque, c’est même ce « handicap » qui alimente notre désir. Sans cette quête de l’autre, point d’amour.

Question sexe : tous handicapés !

Aujourd’hui les personnes handicapées qui revendiquent leur droit à la jouissance et à l’amour, rappellent à tous la complexité des rapports entre le droit et le désir, le collectif et le singulier. Au-delà de la légitimité de ces demandes qu’il convient au moins d’entendre, de nombreuses questions, notamment éthiques, se posent.

Quand elles nous interpellent à propos de leur sexualité, les personnes en situation de handicap parlent d’elles un peu, de nous tous beaucoup…"

Lire la suite...

voir également l’Argumentaire facile à lire, facile à comprendre

"Le facile à lire et facile à comprendre" est destiné à toutes les personnes et particulièrement celles qui ont un handicap intellectuel. Cet argumentaire respecte les règles pour une information facile à lire et facile à comprendre (Plus d'information sur le site de l'UNAPEI : ici)."

 

09 juin 2016

oser accompagner avec empathie...

02 juin 2016

SantéBD : lancement du nouveau service qui favorise l’accessibilité des soins à tous

Le projet SantéBD a été initié en 2013, par l’association CoActis Santé (loi 1901), pour agir en faveur de l’accès aux soins pour tous.

coactis,falc,accessibilité,santé bd

SantéBD est un outil de communication référentiel et pédagogique autour des consultations médicales à destination des personnes en situation de handicap, de leurs aidants et des professionnels de la santé. Le projet SantéBD a été initié en 2013, par l’association CoActis Santé (loi 1901), pour agir en faveur de l’accès aux soins pour tous. Fruit d’un travail collaboratif original et pionnier en ce qu’il associe autant d’acteurs du monde du handicap, du monde médical et des institutions, le service entend améliorer la communication entre les patients et les professionnels de la santé et ainsi créer une unité de langage.

Lire la suite sur le site de handicapinfos.com...

coactis,falc,accessibilité,santé bd

30 mai 2016

Santé publique France a lancé ces 1ères vidéos accessibles pour tous

 

VIH vidéo.JPG

4 vidéos sur le thèmes du VIH, SIDA ont été réalisées par La Santé publique France afin de rendre l'information accessible à tous:

Le virus du sida il faut le connaître

Le virus du sida il faut savoir comment il se transmet

Le virus du sida il faut faire le test

Le virus du sida il faut s'en protéger avec un préservatif

 

Les vidéos sont sous titrées, signé en langue des signes française. On peut ralentir ou accélérer la vidéos, les téléchargées ou commander le DVD gratuitement.

voir le site de Santé publique France...

 

 

27 mai 2016

Vivre en couple avec le spina-bifida

Photo de Rachel et Kévin

La bio de Rachel et Kévin

Rachel Le Meur, 24 ans, et Kévin Beleau, 25 ans, tout deux atteints du Spina-bifida et installés ensemble dans un logement HLM de Sainte-Luce-sur-Loire (44)

Bien couvée jusque là, Rachel a quitté le nid familial pour s’installer dans un petit logement HLM… à deux pas de chez sa mère. Plus exactement, à 5 minutes en fauteuil électrique. La jeune fille atteinte depuis la naissance d’un spina-bifida (malformation de la colonne vertébrale), passe la plupart de ses journées dans cet appartement que sa famille a bricolé pour tout mettre à sa portée. D’autant plus que son petit ami Kévin, touché à moindre degré par le même handicap, habite désormais avec elle. Tous les deux se connaissent depuis l’adolescence, à l’époque où ils fréquentaient le même institut spécialisé.

Mais c’est par Facebook qu’ils se sont retrouvés, il y a quelques mois. Aujourd’hui Kévin a pris le relais de la mère de Rachel pour l’aider au quotidien. Avec lui, Rachel se sent belle, elle a l’impression de marcher en talons hauts. Ensemble, ils s’imaginent déjà organiser un beau mariage et fonder à leur tour une famille. Même si la vie à deux n’est pas rose tous les jours. Même s’ils savent qu’il faut d’abord qu’ils se trouvent chacun un boulot. Même s’ils ont conscience qu’être parents sera plus compliqué pour eux que pour d’autres.

Lire la suite sur le webdoc à l'arraché...