20 novembre 2014

Info VIH pour les sourds / AIDES : Première association française de lutte contre le VIH / Sida et les hépatites

 
LOGO_GroupeSourd.jpg
AIDES a été créé par Daniel Defert en 1984 pour faire notamment de la prévention et de l’information sur le sida, apporter du soutien aux personnes touchées et à leurs proches.
A cette époque, l’épidémie du VIH était très importante. Les sourds étaient de plus en plus nombreux à mourir du sida, faute d’accès à l’information : radio, absence de sous-titrage à la télévision, difficultés à lire les articles de journaux pour beaucoup d’entre eux etc...
...Le groupe Sourds fut créé en 1989.
Depuis sa création, le groupe a réalisé des outils de prévention (dont  2 cassettes vidéos, 7 dépliants, des affiches/ cartes postales et 1 DVD) et effectué de nombreuses interventions dans des écoles auprès des jeunes et des associations de Sourds.
 
 
 
 
Comment se transmet le VIH ? / Association Aides
 

24 octobre 2014

Journée d'étude URIOPSS Aquitaine le 20 novembre 2014 : Quelle vie affective et sexuelle pour les personnes en situation de handicap ?

Aborder la question de la vie affective et sexuelle pour les personnes en situation de handicap nous renvoie à un jeu de représentations croisées autour des définitions mêmes du handicap et de la sexualité au sens large.

S’il n’est pas à douter que les professionnels aient intégré dans leurs pratiques les dimensions du développement psychoaffectif de l’enfant et le fait que la sexualité infantile constitue le terreau de la sexualité adulte, la prise en compte de cette dimension auprès des personnes en situation de handicap peut se heurter à de multiples obstacles (stéréotypes, résistances, etc. ) inhérents au contexte institutionnel et parfois même à nos propres limites personnelles.

Il est de la responsabilité de chaque professionnel de l’accompagnement et du soin de se situer par rapport à cette thématique, puisqu’il y sera immanquablement convoqué dans le cadre de ses prises en charge.

La vie affective et sexuelle des personnes en situation de handicap n’est pas un monde piégé, à risque, mais constitue au même titre que les autres aspects de leur vie, un potentiel de bien-être, d’épanouissement, et d’autonomie, mais également un vecteur incontournable de santé qui nécessite un accompagnement individualisé centré sur la Personne, le cadre de vie et la loi.

santé sexuelle,uriopss aquitaine,françois crochon,cerhes,mérignac,formation

PROGRAMME :

  • 9 h : Accueil des participants.
  • 9 h 15 : Ouverture de la journée
  • 9 h 30 :
    * La sexualité, un vecteur incontournable de la santé
    * Le cadre législatif et réglementaire
    * Le poids de nos représentations autour de l'intimité et de la vie affective et sexuelle des personnes en situation de handicap
    * Définition de la santé sexuelle et des droits sexuels
    * Quelles sont les spécificités de la vie affective et sexuelle liées à la situation de handicap?
  •  12 h 30 : Déjeuner libre.
  • 14 h :
    * Professionnels de l’accompagnement et du soin : tous concernés, impliqués comment ?
    * Les besoins spécifiques des professionnels
    * Quelles réponses concrètes mettre en œuvre dans le cadre d'une approche globale de l'accompagnement et du soin auprès des personnes en situation de handicap ? 
  • 16 h 30 : Clôture de la journée.

INTERVENANT : François CROCHON, Sexologue clinicien, Chef de mission du Centre Ressources Handicaps et Sexualités (CeRHeS)

BULLETIN D'INSCRIPTION 

«Zizi sexuel» : et les enfants, ils en pensent quoi ?

expo, zizi sexuel, titeuf, cité des sciencesDu CM1 à la 3e

Suite au succès remporté en 2007,  Zizi sexuel l'expo, revient à la Cité des sciences. L'exposition répondra aux questions des élèves de 9 à 14 ans autour de l’amour, de la puberté et de la sexualité.


Titeuf et sa camarade Nadia guideront les élèves au sein de cette exposition qui prône des valeurs essentielles comme le respect de l’autre et de soi-même, le consentement mutuel et l’égalité des sexes.

 


«Zizi sexuel»: les enfants, ils en pensent quoi ? par Libération

 

 

22 octobre 2014

STOP AUX IST : 2 affiches, 8 autocollants et une pochette capote

 

" DE NOUVEAUX OUTILS CRÉES PAR LA PLATE-FORME PRÉVENTION SIDA EN RÉPONSE A LA RECRUDESCENCE DU NOMBRE DE CAS D’INFECTIONS SEXUELLEMENT TRANSMISSIBLES (IST)

 

santé sexuelle,prévention,réduction des risques,ist,vih,sida

Si pratiquement tous les citoyens ont déjà entendu parler du VIH, le virus du sida, encore nombre d’entre eux ne connaissent pas bien les IST (Infection Sexuellement Transmissible). Or, depuis plusieurs années, le nombre d’infections aux IST a considérablement augmenté en Belgique. Au vu de ce constat, il est indispensable de mettre des actions d’information et de sensibilisation sur pied afin de conscientiser la population aux risques d’infection lors de relations sexuelles. Dès lors, la Plate-Forme Prévention Sida propose de nouveaux outils afin d’interpeller les jeunes et les moins jeunes et des les inviter à se protéger, mais aussi à se dépister ; car si souvent les IST sont asymptomatiques, les séquelles peuvent être importantes. Or, la plupart d’entre elles se soignent efficacement."

(lire la suite...)

santé sexuelle,prévention,réduction des risques,ist,vih,sida

Une brochure de prévention sur les IST, leurs modes de transmission, de protection et de dépistage, ainsi qu’une série de contacts utiles. Réédition 2014

 

 

"Les errances sexuelles viennent de la non-information et jamais de l’information" (Claude Halmos, psychanalyste)

prévention,zizi sexuel,claude halmos,france info,santé sexuelle" Alors que le retour de l’exposition "Zizi sexuel" suscite l’émoi et pose la question de la sexualité et de l’amour chez l’enfant, la psychanalyste Claude Halmos explique sur France Info que "la construction des enfants passe par l’information sexuelle".   

Comment parler de sexualité aux enfants? L’exposition "Zizi sexuel" revient à la Cité des sciences et de l’industrie à Paris. L’association SOS Education a lancé une pétition en ligne pour demander à ce que les parents d'élèves soient informés "des contenus sexuellement explicites" de l'exposition. Et les enfants ? Ceux rencontrés à la sortie de l’expo en ricanent. Une réaction tout à fait normale pour la psychanalyste Claude Halmos. "Cela a été de tous temps une réaction des enfants parce que c’est un peu gênant, parce que l’on croit que c’est interdit. Donc c’est une réaction absolument normale"."

(lire/écouter la suite sur le site de France Info...)