22 janvier 2016

Mutilations sexuelles féminines : de l'opposition a l'action, rencontre le 2 février au Centre Hubertine Auclert à Paris

Soudan-5_UN_Albert-González-Farran.jpg

A l’occasion de la Journée internationale contre les mutilations sexuelles féminines du 6 février, l’Observatoire régional contre les violences faites aux femmes du Centre Hubertine Auclert organise une rencontre le 2 février autour d’un film et d’un roman en partenariat avec le collectif Excision Parlons-en.

Le thème de la rencontre  "Mutilations sexuelles féminines : de l’opposition à l’action". Un documentaire et un roman seront les supports de la journée, afin de s'en inspirer pour agir ici et ailleurs et de mieux comprendre.

Près de 125 millions de femmes sont excisées dans le monde (UNICEF), dont près de 53 000 en France (INED).

Ces rencontres permettront de découvrir le parcours de femmes excisées qui s’émancipent de cette pratique : Martha Diomandé, héroïne du documentaire « La Forêt Sacrée » de Camille Sarret (52 minutes) et Awa, personnage phare du roman « La tête ne sert pas qu’à retenir les cheveux » de Sabine Panet et Pauline Pénot.

La projection du film sera suivie de lecture d’extraits du roman puis d’un débat en présence de : Camille Sarret, réalisatrice du film, Martha Diomandé, association ACZA (sous réserve), Sabine Panet et Pauline Pénot, co-autrices du roman, Marion Schaeffer, du collectif Excision Parlons-en.    

9782364747265.jpg

 

 « La tête ne sert pas qu’à retenir les cheveux » , roman

  de Sabine Panet et Pauline Pénot.  Editions Thierry Magnier

 

 

Mardi 2 février 2016 de 18h à 21h au Centre Hubertine Auclert, 7 impasse milord, 75018 Paris

+ d'informations sur l'évènement / Inscription

18 janvier 2016

"Dire pour agir" film sur les violences conjugales

COL_533219.jpg

L’œil et la main met en avant les mécanismes de la violence conjugale...

"Dire pour agir", un film de Julie Lojkine, est en ligne sur notre site. Selon une étude de 2000, une femme sur dix subit des violences conjugales. Un film pour montrer comment la violence s'installe, et surtout, comment se sortir du cercle infernal... Rediffusion samedi 23 janvier, à 23h00, sur France 5.

Voir le replay

 

 

11 janvier 2016

France 5 in vivo : Les oubliés du sida.

france 5,in vivo,vih,sida,vie affective et sexuelle" Un service de l'hôpital du Kremlin-Bicêtre soigne les malades que le VIH a laissés démunis face à des bactéries ou des parasites qui ont attaqué leur système nerveux."

Un documentaire de 30 minutes diffusé le dimanche 10 janvier 2016 à retrouver sur le site de France 5...

 

31 décembre 2015

Facile à lire et à comprendre...

 

02 décembre 2015

Histoire de la naissance de la sexologie clinique sur France Culture

Liberté, égalité, sexualité, La naissance de la sexologie clinique en France, 1965-1975

Un documentaire de Delphine Saltel et Renaud Dalmar

france culture,sexologie clinique,master et johnson,vie affective et sexuelle

C’est l’histoire d’une poignée de jeunes médecins, généralistes, psychiatres ou gynécologues. Au milieu des années 60 les patients qu’ils reçoivent dans leur consultation sont de plus en plus nombreux à oser aborder leurs problèmes sexuels. C’est un des signes de la libération sexuelle en cours : l’idée d’un droit au plaisir, que la sexualité est une dimension essentielle de l’épanouissement personnel, la clé d’une vie équilibrée.

C’est l’histoire de médecins qui décident de prendre au sérieux cette demande. Ils défendent une approche clinique, recherchent des réponses concrètes, efficaces à des difficultés extrêmement courantes : l’absence de plaisir, les troubles du désir, de l’érection, les mésententes sexuelles au sein des couples.

Le petit groupe de médecins qui fondent la première Société de Sexologie Clinique à Paris en 1974 affronte les ricanements de leur profession, le peu d’égard pour ces questions que beaucoup considèrent comme relevant du simple bien être, du confort. Et pas de la santé.

Mais ils seront aussi attaqués par les militants gauchistes qui les traitent de « sexoflics » !

C’est toute une aventure et toute une époque. Les sexologues bousculent l’emprise de la psychanalyse, ils empruntent aussi bien aux travaux scientifiques de Masters et Johnson qu’aux sciences humaines. Ils importent les nouvelles thérapies comportementales et cognitives des Etats-Unis, s’essayent à la relaxation, aux massages californiens, aux techniques reichiennes de développement personnel.

C’est la naissance d’une spécialité médicale hybride, impure, moderne. Emblématique d’un monde où la sexualité se désacralise, où l’érotisme est roi et où chacun intériorise peu à peu cette nouvelle norme : l’injonction à réussir sa vie sexuelle

Lire la suite sur le site de France Culture...