02 décembre 2015

Le nouveau catalogue des formations du CeRHeS 2016 est arrivé

 

formation,personne en situation de handicap,santé sexuelle,éducation à la sexualité,pratiques professionnelles

Pour accéder au catalogue des formations

cliquez sur le lien suivant

 

catalogue des formations 2016

11 novembre 2015

Une campagne pour dire STOP au harcèlement sexuel dans les transports

" Une campagne publique et nationale vient d’être lancée contre le harcèlement sexuel dans les transports en commun. Des agressions physiques ou verbales qui concernent un très grand nombre de voyageuses.

harcelement sexuel,pascale boistard,france info

Les chiffres du Haut Conseil à l'Égalité entre les femmes et les hommes sont édifiants. Et s’il ne fallait en retenir qu’un, c’est celui-là : 100% des femmes qui utilisent les transports disent avoir subi au moins une fois des mains baladeuses, des sifflements ou des propos déplacés dans les bus ou les rames de métro. C’est ce qui ressort de "consultations  citoyennes" menées en mars auprès de 600 femmes de Seine-Saint-Denis et de l'Essonne.
 
Si la situation varie en fonction des modes de transports, des lieux et des heures de trajet, ces petites phrases ou interjections, beaucoup de femmes ou de jeunes filles les auront malheureusement déjà entendues : "Mademoiselle !" ou "Vous êtes charmante" ou "C'est pour moi cette petite jupe ?", jusqu'à "Je vais te serrer" et "Réponds sale chienne". Des mots crus que l’on retrouve dès aujourd’hui lundi, placardés sur les affiches de la campagne de sensibilisation lancée au niveau national pour dire "Stop - Ça suffit", au harcèlement sexiste dans les transports en commun.

"L'objectif est de donner à chacun et chacune des outils pour réagir", explique la secrétaire d'État aux Droits des femmes Pascale Boistard, "aucune agression ne doit être banalisée ou ignorée".  "La drague, ce n’est pas le harcèlement", insiste-t-elle.

 

Les agresseurs encourent de 6 mois à 5 ans de prison 

harcelement sexuel, pascale boistard, france info,

Dans les stations de métro, les gares ou encore sur internet à travers des clips vidéo, le gouvernement veut faire passer le message en rappelant que le harcèlement et les violences sexistes sont punis par la loi, avec des peines encourues par les agresseurs allant de 6 mois de prison et 22.500 euros d'amende pour injures ou menaces, à 5 ans de prison et 75.000 euros d'amende pour baisers forcés, mains aux fesses, frottements. L’objectif c’est aussi d’inciter les victimes à porter plainte.

 

Lire la suite sur le site de France Info...

Femme et Asperger

Femme et Asperger

" L'objectif de " Femme et Asperger " est de faire connaître les différents aspects que revêt le syndrome d'Asperger lorsqu'il touche des individus de sexe féminin.

Pour faire court, ce syndrome est un trouble du spectre autistique qui se caractérise par des difficultés significatives dans les interactions sociales, sans altération ou retard du langage et du développement cognitif, et sans déficience intellectuelle. Ce désordre neurologique a été décrit pour la première fois par le pédiatre autrichien Hans Asperger en 1943 mais ses études et observations  portent essentiellement sur des sujets de sexe masculin, or ses manifestations sont différentes selon le genre de la personne qui en est atteinte.

Ce site s'adresse donc à toutes les personnes qui sont concernées par ce trouble, de près (femmes Asperger elles-mêmes), d'un peu plus loin (conjoints, enfants, parents, amis, enseignants, ...), ou de très loin (érudits en quête de connaissances nouvelles).

Il traite les aspects sociaux et sensoriels qui impactent indéniablement sur la vie privée et professionnelle des femmes touchées par le SA (Syndrome Asperger), et tente d'apporter des solutions concrètes et appropriées."

Lire la suite sur le blog Femme et Asperger...

10 novembre 2015

Le CHU de Limoges autorisé à pratiquer des greffes d'utérus

Par Francetv info avec AFP le 10/11/2015

Le CHU de Limoges espère une première greffe d'utérus fin 2016. C'est le premier hôpital de France à pouvoir mener des expérimentations sur cette intervention chirurgicale.

 greffe d'utérus, stérilité,

Une opération de chirurgie au CHU de Limoges (Haute-Vienne), le 25 juillet 2014. (MEHDI FEDOUACH / AFP)

 

"Une équipe de gynécologie obstétrique du CHU de Limoges va mener des expérimentations sur des greffes d'utérus, après avoir reçu le 5 novembre l'autorisation de l'Agence nationale de sécurité du médicament (ANSM), a annoncé l'hôpital lundi 9 novembre. C'est la première fois qu'une étude clinique dans ce domaine est réalisé en France.

Ce projet de recherche est destiné à "permettre à des femmes nées sans utérus ou ayant subi une hystérectomie [ablation de l'utérus] pour une pathologie bénigne, de pouvoir donner naissance, grâce une greffe d'utérus, à partir de donneuses en état de mort encéphalique", explique le CHU dans un communiqué.

Une première naissance fin 2018

A ce jour, la Suède est le seul pays à avoir obtenu une naissance, en septembre 2014, à la suite d'une telle transplantation. Mais il s'agissait d'un utérus prélevé sur une donneuse vivante : une femme âgée de 61 ans, ménopausée, avait fait un don d'organe à son amie de 36 ans, née sans utérus en raison d'une maladie génétique.

L'essai clinique qui débute pourrait conduire à une première greffe dès la fin 2016 et à une première naissance à la fin 2018. "Il portera sur huit femmes volontaires, recrutées au niveau national, avec des critères de sélection très stricts, précise le CHU, qui pourrait réaliser une première mondiale. Les patientes devront avoir entre 25 et 35 ans, ne jamais avoir eu d'enfants et être en bonne santé."

"De nombreuses patientes ont été rencontrées (...) et nous avons déjà des pistes sur celles qui pourraient être intégrées à l'essai clinique", a précisé le docteur Pascal Piver. Après recrutement définitif des patientes, il y aura fécondation in-vitro et congélation des embryons, puis seulement greffe de l'utérus avec "suivi et observation du greffon pendant un an, c'est-à-dire la période de risque maximal". Après ces étapes, il pourra y avoir "implantation des embryons et suivi des grossesses éventuelles jusqu'au terme", a-t-il conclu."

Lire la suite sur la page de  Francetv info...

09 novembre 2015

Ton fauteuil me fait kiffer

Par Paul B. Preciado, philosophe, Enseignant en philosophie à l’université de New York et à Princeton. le

libération,preciado,vie affective et sexuelle,queer,handiqueer,yes we fuck

Crédit photos : ©Photo JB Laissard - Corps & Âmes

" Alors que l’imaginaire sexuel moderne dominant représente un corps blanc, sain, valide, mince, actif, autonome et reproductif, le corps handicapé est souvent représenté comme a-sexuel et in-désirable. Le mouvement «handiqueer» refuse, lui, la pathologisation des différences corporelles."
 

libération,preciado,vie affective et sexuelle,queer,handiqueer

 
Découvrez ce superbe article de Paul B. PRECIASO sur le blog de Libération...
 libération,preciado,vie affective et sexuelle,queer,handiqueer, yes we fuck