27 août 2013

Affectivité, sexualité et handicap. Guide à l'intention des institutions : professionnels, usagers, parents

 

affectivité,sexualité,handicap,droit fondamental,épanouissement,bien être,qualité de vie,besoins,attentes,personnes handicapées "Avoir une vie relationnelle, affective et sexuelle satisfaisante constitue un droit fondamental, un facteur d'épanouissement et de bien-être, partie intégrante d'une qualité de vie. Chacun d'entre nous peut y prétendre. Les personnes handicapées ont, elles aussi, des besoins et des attentes en matière de vie affective et sexuelle. L'ASPH a réuni, au sein d'un groupe de travail, des professionnels soucieux de partager leurs expériences et de trouver des solutions à certaines problématiques. Ces réflexions ont abouti à ce guide, conçu comme un outil pour l'élaboration d'un projet pédagogique dont la vie affective, relationnelle et sexuelle des usagers est une réalité institutionnelle à part entière".

Cette publication est une édition de l’Union Nationale des Mutualités Socialistes.

Elle est réalisée avec la collaboration de l’Association Socialiste de la Personne Handicapée

Elle peut être obtenue gratuitement : dans un point de contact de la Mutualité Socialiste

auprès du département communication de l’Union Nationale des Mutualités Socialistes

Rue Saint-Jean, 32/38 - 1000 Bruxelles Tél. 02/515 05 59.

Sur les sites internet www.mutsoc.be et www.asph.be

Editeur responsable : Jean-Pascal Labille, Rue Saint-Jean 32/38 - 1000 Bruxelles

Rédaction : Adriana Ciciriello

Mise en page et suivi : Nathalie De Wispelaere

 

28 juin 2013

Jacques André : "la vie sexuelle des hommes s'est féminisée"

 

 

Le psychanalyste Jacques André examine la sexualité des hommes

Mâle dans sa peau

Pour Jacques André, les livres sur la psychanalytique masculine ne sont pas si nombreux. Il ne faut pas confondre avec les livres de sexologie qui, eux, sont beaucoup plus nombreux. Il y a un intérêt nouveau pour la sexualité masculine qui tient à l’époque.

L’époque a permis aux femmes de manifester le désir qui était le leur. Le machisme et la domination masculine n’ont plus la certitude qu’ils avaient auparavant. Aujourd’hui, il y a une inquiétude des hommes qui les rend plus touchants....

... Le paradoxe, c’est qu’aujourd’hui le sexe est partout. Et dans le fond, on est moins focalisé sur lui par rapport à l’époque où il manquait. Ceci dit, il n’est pas sûr que cela ait changé grand-chose à la relation angoissée de l’homme au sexe. Une des réactions au «tout sexe» d’aujourd’hui, serait par exemple le mouvement""No Sex"..

9782130619451.jpg

...L’Eglise a joué un rôle important sur les comportements sexuels, est-ce toujours le cas ? Aujourd’hui, tout le monde s’en moque...

Et l'abolition de la prostitution masculine ? : c'est le plus vieux métier du monde. Personne ne l'empêchera d'exister....

Le développement de l'homosexualité est est-il lié à la libération de la femme ? On pourrait dire qu'il est plutôt lié à la libération de la féminité. La libération sexuelle, c'est aussi la libération de la féminité des hommes.

L'addiction est devenue sensiblement importante dans notre société où il ya une dimension très forte à internet, que ce soit sur un mode masturbatoire, ou pour chercher les partenaires d'un soir.

Dans l'addiction, le problème principal, c'est l'addiction et non le sexe. C'est d'être condamné à la répétition.

 Extraits d'un article du Monde du 28 mars 2013, signé par Geneviève Delaisi de Parseval

 

 

 

16:14 Écrit par François Crochon dans 1- Ressources, Epanouissement, bien-être, qualité de vie, Genre, Livre, Orientation sexuelle, Science, Société | Lien permanent |  Imprimer | |  Facebook | | | | Pin it! | | |  del.icio.us | Digg! Digg

13 juin 2013

Volontairement abstinent(e)s ils (elles) sont de plus en plus nombreux à se revendiquer asexuel (le)

20 mai 2013

Sociologie de l'homosexualité, un livre de Sébastien Chauvin et Arnaud Lerch

sociologie,homosexualité,idées reçues,homophobie,nationalisme sexuel,droits des homosexuels"Les homos en version sapiens

Il n'y pas que le débat sur le mariage pour tous dans la vie. Sociologie de l'homosexualité de Sébastien Chauvin et Arnaud Lerch, a pour objectif de montrer à travers un panorama de recherches, le foisonnement des traits culturels associés à cette question.

Insistant sur les enjeux de la construction de l'homophobie, notamment au travail, ils remettent en cause quelques idées reçues. Les couples homosexuels n'ont pas de revenus supérieurs, même si la consommation, à travers des magasins, des bars ou des revues dediés, a été un vecteur d'affirmation.

L'ouvrage revient également sur la construction des mouvements militants et les vraies différences de visibilité et de références des communautés gay et lesbienne.

Mais les deux chercheurs ouvrent des pistes plus inattendues aussi, telle la question du "nationalisme sexuel".

Comment, ainsi, les droits des homosexuels sont devenus des valeurs représentatives des pays occidentaux, et une raison potentielle d'opposition à d'autres  nations." Libération, 14/05/2013

Sociologie de l'homosexualité, de Sébastien Chauvin et Arnaud Lerch. Editions la Découverte.

23 avril 2013

Heure tardive, heure intime...L'atelier de la création, mon corps, le plaisir et moi,France Culture mardi 23 avril à 23 heures

"L'Atelier de la création, une émission de Irène Omelianenko, s'aventure sans autre boussole que le goût de l'intime et celui de l'extime, le plaisir des enregistrements bruts autant que les montages ciselés, le respect du recueillement et celui du vagabondage...

Un documentaire d’Eloïse Plantrou et Eve Grimbert

Réalisation : Gilles Davidas

A la technique : Alain Joubert

corps,plaisir,moi,sexualité solitaire des femmes,tabou,pudeurs,masturbations féminines,intimités

 Dans « Mon Corps, le Plaisir et Moi », nous avons enquêté sur la sexualité solitaire des femmes. Si la sexualité en couple est parfois difficile à verbaliser, le plaisir en solo l'est probablement encore plus. Sans compter les stéréotypes culturels et sociaux qui pèsent sur l'image de la sexualité féminine... Nous sommes parties du principe qu'il n'y a pas besoin d'être docteur ès sexe pour parler des voluptés féminines, et nous avons décidé de collecter les paroles d'hommes et de femmes de 17 à 77 ans. Ces conversations à la frontière du tabou, toujours dans la pudeur, ont suscité en nous des interrogations, des sourires, des chamboulements... et nous comptons sur la richesse de ces expériences contées pour alimenter le débat sur la masturbation féminine, sujet que toutes les femmes pourraient toucher du doigt ! La radio n'est-elle pas un porte-voix privilégié pour ce genre d'intimités ?"