05 juillet 2016

Homosexualité et handicap : une association pour en parler

LGBT Alliage.jpg

Nouvelle association en Suisse Romande, elle réunit la communauté des lesbiennes, gays, bi et transformistes (les LGBT) avec des personnes concernées par les situations de handicap.

 Accepter les singularités

A l’origine du projet associatif, on trouve Carlos Correvon. Résident au foyer de Eben-Hézer, à Lausanne, il a fait part d’un besoin de s’exprimer sur l’homosexualité et le handicap. Grâce, entre autre, à un de ses éducateurs Omar Odermatt, il a fondé le comité de l’association « LGBT Alliage ». Cette première pierre de posée soutient les personnes atteintes de maladies psychiques, de handicaps physiques et/ou homosexuelles. Des particularités qui une fois mises en lumière ont suscité la création d’un espace d’expression. 

voir la suite sur Vivre FM

 

24 juin 2016

Sexualité, les nouvelles générations refusent de rentrer dans les cases

Le duo homo/hétéro est mort. Asexuel, skoliosexuel, lithromantique: la génération des moins de 30 ans s’identifie grâce à une multitude de nouveaux termes définissant leur orientation sexuelle.

pas dans des cases.JPG

Pansexualité? Queer? Graysexuel? Vous ignorez la signification de ces mots? Les jeunes, eux, la connaissent. Des nouveaux termes pour leur permettre de s’identifier. Dans cette évolution permanente, la bipolarité hétéro/homo semble révolue. Pour Caroline Dayer, chercheuse associée de l’Institut des Etudes genre de Genève, «la binarité n’est pas naturelle, elle renvoie à une construction historique et sociale. Aujourd’hui, les jeunes créent un panorama plus large pour se définir plus facilement.» 

Enquête faite par Le Temps (site d'information Suisse), 4ème volet.

Lire la suite

 

20 juin 2016

Le Haut Conseil à l’Égalité appelle les pouvoirs publics à mettre en œuvre une éducation à la sexualité à la hauteur des besoins des jeunes

HCE.png« Le 15 juin, le Haut Conseil à l’Égalité a remis à la ministre de l’Éducation nationale, de l’Enseignement supérieur et de la Recherche, Najat VALLAUD-BELKACEM, et à la ministre des Familles, de l’Enfance et des Droits des femmes, Laurence ROSSIGNOL, son rapport relatif à l’Éducation à la sexualité : « répondre aux attentes des jeunes, construire une société d’égalité femmes-hommes ».

Depuis les années 2000, les chiffres sur l’entrée des jeunes dans la vie amoureuse et sexuelle sont stables : le premier baiser survient en moyenne à 14 ans tandis qu’à 17 ans, la moitié des adolescents – filles comme garçons - a déjà eu un rapport sexuel. Si des progrès ont été faits en matière d’accès à la contraception et d’usage du préservatif lors des premiers rapports, les choses évoluent peu en matière de stéréotypes sexistes, notamment sur les questions liées à la sexualité. En effet, malgré une émancipation sexuelle certaine des femmes depuis la diffusion et le remboursement de la pilule, la sexualité continue d’être un domaine empreint d’inégalités et d’idées reçues sur ce que serait ou ne serait pas une sexualité féminine et une sexualité masculine.

Or, ces idées reçues ont des conséquences dramatiques en matière de violences sexistes : 7,5% des filles déclarent avoir été victimes, à l’école, de voyeurisme, de caresses ou de baisers forcés et une jeune femme sur dix de moins de 20 ans déclare avoir été agressée sexuellement au cours de sa vie. Ces violences sexistes trouvent un écho démultiplié par la viralité des réseaux sociaux, devenus une cour de récréation virtuelle : 1 collégienne sur 5 a été victime de cyberviolence.  

Face à ces constats, le Haut Conseil à l’Égalité pointe une éducation à la sexualité qui reste parcellaire et inégale selon les territoires, en dépit de l’obligation annuelle de 3 séances du CP à la Terminale prévue par la loi du 4 juillet 2001. Lorsqu’elle est mise en œuvre, cette information reste encore trop souvent restreinte à des questions d’ordre anatomique et biologique…/… »

Lire la suite sur le site du Haut Conseil à l’Egalité...

Visuels_EducSex_(1)[1].jpgVisuels_EducSex_(4)[1].jpgVisuels_EducSex_(2)[1].jpg   Visuels_EducSex_(5)[1].jpg

Retrouvez le rapport dans son intégralité ici

Retrouvez le discours de Danielle Bousquet, Présidente du HCE ici

Téléchargez les visuels du HCE ici

Téléchargez la synthèse du rapport ici

Téléchargez le dossier de presse ici

14 juin 2016

La sexualité des jeunes marquée par les inégalités entre les sexes

L’éducation à la sexualité est indispensable pour atteindre l’égalité entre filles et garçons au moment crucial de l’adolescence. A cette période, les visions stéréotypées des rôles de chaque sexe et les phénomènes de réputation peuvent créer des difficultés. Or, cet enseignement est insuffisamment mis en œuvre, notamment dans l’éducation nationale, bien qu’il y soit obligatoire. 

Article de Gaëlle Dupont

inégalité des sexes.jpg

Zizi sexuel, l'expo en 2014  

Lire la suite sur Le Monde...

Lire le communiqué de presse du Haut Conseil pour l'Egalité...

Lancement du numéro vert « Sexualités, Contraception, IVG » - 0800 08 11 11

Lancement d'un numéro vert "Sexualité, contraception, IVG" par la Planning Familial.

 

n° vert IVG.jpg

ivg_ministere_sante_presse.jpg

Ce projet est financé par le Ministère des Affaires Sociales, de la Santé et des Droits des Femmes.

La mise en place d'un numéro unique répond à une revendication de longue date du Planning Familial : l’accès égal de toutes et tous à une information claire, exacte et sans jugement sur les questions liées à la sexualité. L’IVG est incluse dans les compétences de ce numéro vert : il s'agit d'un signal fort qui fait de l’avortement un événement de la vie sexuelle des femmes au même titre que la contraception, la grossesse, ou la prévention des infections sexuellement transmissibles. Cela contribue à lever le tabou sur l'IVG et participe à sa déstigmatisation. C'est la meilleure réponse aux stratégies des opposants.es qui diffusent leurs messages mensongers et culpabilisants sur leurs sites internet et autres dispositifs de communication

 

Lire la suite sur Planning Familial ou consulter les informations en PDF