28 juillet 2014

« Handicapée », « personne handicapée » ou « personne en situation de handicap » ?

Le poids des mots : réflexion autour de la notion de

« situation de Handicap »

handicap,personne en situation de handicap,modèle social,convention des nations unies,processus de production du handicap,pph« La version française de la Convention des Nations Unies utilise le terme « personnes handicapées » qui me semble plus approprié du fait de l’introduction du mot « personne » et qui fait valoir que avant le handicap il y a une personne, un être humain, un sujet de droits. Le terme « personne en situation de handicap » est parfois décrié sous l’argument (avancé parfois même par les personnes en situation de handicap elles mêmes) que les mots ne changent rien au handicap, elles n’enlèvent pas la déficience, et donc cela ne changerait absolument rien pour les personnes. Or, ça change tout : si le terme « handicapé » est une étiquette qui insisterait sur la déficience, « personne en situation de handicap » indique qu’il s’agit d’abord d’une personne mais aussi que la personne dans certaines situations et, comme l’indique notamment la Convention des Nations Unies, du fait de l’interaction de la personne avec « l’environnement et des barrières physiques et d’attitude » se trouve en « situation de handicap ». Certes, les déficiences physiques, psychiques, sensorielles ou intellectuelles sont toujours là, mais elles peuvent être moins importantes voire disparaître. Dire "personne en situation de handicap" au lieu de "handicapé" ne relève nullement du politiquement correct mais, bien au contraire, c’est le parti pris de faire réfléchir au fait que la personne ne se réduit pas à une "déficience" et que c’est surtout la société qui crée les situations de handicap.» (lire la suite…)

 

handicap,personne en situation de handicap,modèle social,convention des nations unies,processus de production du handicap,pph

"Mal nommer les choses, c'est ajouter du malheur au monde"

Albert Camus

 

 

25 juillet 2014

Promouvoir le droit à l’intimité dans un établissement médico-social

Par Géraldine CHAPURLAT, avocate, spécialisée dans l'action sociale et médicosociale sur le blog de Formanéo

droit,géraldine chapurlat,cerhes,vie affective te sexuelle,formation,formaneo,avocate

"Tout comme le droit à la vie, le droit de ne pas être soumis à la torture et à des peines ou traitements inhumains ou dégradants, le droit à un procès équitable, la liberté d’expression et d’information , le droit au respect des biens, le droit à avoir une vie relationnelle affective et sexuelle constitue un droit fondamental que l’état doit garantir, parce qu’il constitue un socle de la vie en société.

Si la société n’est pas débitrice d’une créance pour en garantir l’effectivité, elle doit néanmoins faire en sorte pour garantir cette liberté, de s’abstenir d’entraver son exercice. Nous examinerons ce qui dans la loi permet la protection de la vie privée des personnes en situation de handicap, qui sont du fait de la vulnérabilité liée à cette situation de handicap sont plus sujette à des empiétements injustifiés à leur vie privée" (lire la suite...)

Le Prix OCIRP « vie affective et sexualité »

Le Prix OCIRP « vie affective et sexualité » a été attribué au filmautoportrait « Tu veux ou tu peux pas ? »

Ce film a été réalisé telle une fiction de 50 minutes avec des acteurs résidants du Foyer de vie le Rex Meulen, concernés par la vie affective et sexuelle des personnes déficientes intellectuelles. La sexualité des handicapés est un sujet qui intéresse et qui doit être pris en considération au nom du respect des handicapés, de leurs droits et de leur liberté.

« La thématique de la vie affective et sexuelle nous est vite venue à l'esprit parce qu'on accompagnait un couple avec toutes les questions que cela engendre. Est-ce qu'ils ont le droit de dormir ensemble ? Est-ce qu'ils ont le droit de s'embrasser devant tout le monde ? 

Pendant longtemps, on a estimé que les personnes déficientes intellectuelles n'avaient pas forcément de vie affective. 

Voilà pourquoi ce sujet était important aussi à mettre en évidence puisqu'il y a une réelle demande des personnes sur le thème. 

Il faut briser ce tabou-là pour que justement, les gens se rendent compte que même si on a des difficultés, on peut avoir quelqu'un dans la vie. »

Sur le site de l'OCIRP

24 juillet 2014

Défenseur des droits : Encore beaucoup (trop) de discrimination autour du handicap !

Le rapport annuel 2013 du Défenseur des droits a été remis au président de la République le 21 juillet par Jacques Toubon, nommé à la tête de l'institution en remplacement de Dominique baudis, décédé en avril.

défenseur des droits,toubon,rapport annuel,baudis,discrimination,handicap

Le handicap reste encore une cause fréquente des discriminations signalées au Défenseur des droits. Ainsi, après l'origine, le deuxième critère discriminant est celui du handicap : 21 % de l’ensemble des réclamations en matière de discriminations et 25 % des réclamations en matière d’accès au logement privé. Le Défenseur est également saisi de refus de transports discriminatoires opposés à des personnes handicapées, sur la base d’arguments de sécurité infondé (Lire la suite…)

Défenseur des droits, Rapport annuel d'activité 2013, juillet 2014, 300 pages

13:23 Écrit par François Crochon dans 1- Ressources, Droit, Sensibilisation, Sur le net, Témoignage | Tags : défenseur des droits, toubon, rapport annuel, baudis, discrimination, handicap | Lien permanent |  Imprimer | |  Facebook | | | | Pin it! | | |  del.icio.us | Digg! Digg

06 juin 2014

Vie affective et sexuelle des personnes handicapées mentales accueillies en établissement : entre désirs et réalités ?

vie affective et sexuelle, handicap mental, entre désirs et réalité, creai Bourgogne, éthique, approche juridiqueRetrouvez les actes de cette journée d’étude qui s'est déroulée le 17 avril 2014 sous l’égide du CREAI Bourgogne

La reconnaissance d'une vie affective et sexuelle pour les personnes handicapées a progressé ces dernières années, notamment sous l'effet de la loi de 2005, en les sortant du "statut d'éternel enfant" qui niait chez elles l'existence d'un désir sexuel. Cependant, elle soulève encore de nombreuses questions éthiques, juridiques et pratiques.

 Lire la suite sur le site du CREAI Bourgogne…