05 janvier 2016

ELIX, le dictionnaire vivant en langue des signes

 

https://www.elix-lsf.fr/


Le concept est simple : un dictionnaire de français en langue des signes, pour  lutter contre l’illettrisme, rendre les personnes sourdes plus autonomes et  développer la langue des signes française (LSF).
ELIX accompagne dans la lecture du français et permet d’enrichir la maîtrise du français écrit.

ELIX est un dictionnaire vivant en langue des signes : les définitions des mots français  sont traduites en vidéos LSF et chaque membre peut proposer par webcam le  signe correspondant.

ELIX c’est aussi un dictionnaire de poche, grâce aux applications mobiles sur iPhone et Androïd que vous pouvez télécharger à ces adresses :

iPhone :    

https://itunes.apple.com/fr/app/elix/id611021177?mt=8&...

Android :

https://play.google.com/store/apps/details?id=fr.elix&...

Utilisables n’importe où (à la banque pour signer un papier compliqué à lire et comprendre, à la poste, etc.), elles permettent aux personnes sourdes de gagner en autonomie au quotidien.

Handicap et féminité stéréotypée.

 "Dans la vie quotidienne, les talons et les minis jupes…ce n’est pas ce qu’il y a de plus confortable (il est même très agaçant de baisser constamment sa jupe qui remonte sans cesse lorsque l’on est assise sur un fauteuil roulant). De même, ce n’est pas moi. Cette carapace, ce masque ne me correspond pas (ou plus). Je ne suis pas une femme fatale."

Lire la suite sur le blog Porte-jarretelles & wheelchair...

31 décembre 2015

Facile à lire et à comprendre...

 

30 décembre 2015

On n'est pas des anges...

 

02 décembre 2015

Histoire de la naissance de la sexologie clinique sur France Culture

Liberté, égalité, sexualité, La naissance de la sexologie clinique en France, 1965-1975

Un documentaire de Delphine Saltel et Renaud Dalmar

france culture,sexologie clinique,master et johnson,vie affective et sexuelle

C’est l’histoire d’une poignée de jeunes médecins, généralistes, psychiatres ou gynécologues. Au milieu des années 60 les patients qu’ils reçoivent dans leur consultation sont de plus en plus nombreux à oser aborder leurs problèmes sexuels. C’est un des signes de la libération sexuelle en cours : l’idée d’un droit au plaisir, que la sexualité est une dimension essentielle de l’épanouissement personnel, la clé d’une vie équilibrée.

C’est l’histoire de médecins qui décident de prendre au sérieux cette demande. Ils défendent une approche clinique, recherchent des réponses concrètes, efficaces à des difficultés extrêmement courantes : l’absence de plaisir, les troubles du désir, de l’érection, les mésententes sexuelles au sein des couples.

Le petit groupe de médecins qui fondent la première Société de Sexologie Clinique à Paris en 1974 affronte les ricanements de leur profession, le peu d’égard pour ces questions que beaucoup considèrent comme relevant du simple bien être, du confort. Et pas de la santé.

Mais ils seront aussi attaqués par les militants gauchistes qui les traitent de « sexoflics » !

C’est toute une aventure et toute une époque. Les sexologues bousculent l’emprise de la psychanalyse, ils empruntent aussi bien aux travaux scientifiques de Masters et Johnson qu’aux sciences humaines. Ils importent les nouvelles thérapies comportementales et cognitives des Etats-Unis, s’essayent à la relaxation, aux massages californiens, aux techniques reichiennes de développement personnel.

C’est la naissance d’une spécialité médicale hybride, impure, moderne. Emblématique d’un monde où la sexualité se désacralise, où l’érotisme est roi et où chacun intériorise peu à peu cette nouvelle norme : l’injonction à réussir sa vie sexuelle

Lire la suite sur le site de France Culture...