12 novembre 2013

La sexualité féminine, colloque organisé par le LPCP, Monographies et Débats de la Société Psychanalytique de Paris, l'Association Clinique des Apprentissages, le samedi 30 novembre, à l'Université Paris Descartes

Peut-on encore qualifier la sexualité féminine de « continent noir » alors que cette thématique a tellement été explorée après Freud ?

colloque sexualité f.pngLe lien primaire à la mère apparaît comme central pour l’organisation psycho-sexuelle de la fille - il signe de son empreinte le complexe d’Oedipe de la petite fille, puis marque, chez la femme qu’elle devient, le choix d’objet érotique et le lien à l’homme, et enfin oriente le destin que prend son désir d’enfant.

Ce lien précoce, à partir de l’importance qu’il revêt dans la cure, est au centre des réflexions, notamment autour de la prévalence de la  dépression dans la population féminine et également à propos d’une question clinique très actuelle : existe-t-il des formes d’angoisses spécifiquement féminines si la femme n’est pas en proie à l’angoisse de castration ? Toujours dans le fil de ce lien primaire, de nouvelles hypothèses apparaissent sur les effets de la perte dans la psyché féminine.

La parution d’une Monographie portant sur ce sujet fait le point sur les réflexions théorico-cliniques actuelles après un siècle de controverses, contribuant à éclairer la question de manière novatrice. Ce colloque met en discussion les contributions de cet ouvrage.

Comité scientifique du colloque :
Myriam Boubli (SPP), Guy Cabrol (SPP), Michèle Emmanuelli (SPP, LPCP),
François Marty (LPCP), Sylvain Missonnier (SPP, LPCP), Félicie Nayrou (SPP),
Hélène Parat (SPP, Paris X)
Informations et contact : 01 55 20 57 23 (lundi 9h30-12h30); colloque.sexualitéfeminine@gmail.com

Les commentaires sont fermés.